Mesembria-Zoni

 

Mesembria-Zoni était une colonie de Samothrace établie à la fin du VIIe siècle av. J.-C. sur la côte de sud-est de Thrace, entre Maroneia et Alexandroupolis sur l'emplacement d'une petite bourgade thrace au pied du mont Zonaion. Le site de Messimvria (entrée payante) est mentionné avec deux noms parce qu'il était connu à l'origine comme Mesembria alors que plus récement, les archéologues l’ont identifié comme Zoni, également une colonie de Samothrace. La ville s'est épanouie aux Ve et IVe siècles av. J.-C. (important carrefour commercial et centre agricole) mais a commencé à régresser lors de la domination macédonienne. Il est toute fois évident qu’une habitation sporadique eut lieu jusqu’au VIe siècle après J.-C. Les fouilles commencées en 1966 ont mis à jour un mur de fortification avec des tours, des maisons privées à l'intérieur du quartier fortifié, la disposition de la ville avec le réseau de rue, deux bâtiments publics, le sanctuaire de Déméter et le temple d'Apollo. Il est également intéressant de noter la petite partie isolée de la ville, enfermée par un mur séparé dans la période hellénistique et ayant une disposition différente. Le cimetière était localisé à l’extérieur des murs, à l'ouest de la ville. Quelques travaux de restauration ont été réalisés. Les monuments les plus importants du site sont :

Le sanctuaire de Déméter (IVe siècle av. J.-C.) est une petite structure mesurant 1,50m sur 7,50, soigneusement construits en blocs de marbre blanc. Des plaques de différents métaux (ex-voto), toutes en rapport au culte de Déméter, ont été trouvées à l'intérieur du bâtiment. Il n'en reste que les fondations.

Le temple d'Apollon (VIe et Ve siècles av. J.-C.) est un bâtiment rectangulaire mesurant 9m sur 15. Il est composé d’un pronaos et d’une cella. Il faisait partie d'un plus grand complexe de bâtiment (mesurant 35m sur 45) avec une cour pavée centrale entourée d’une stoa. Beaucoup de fragments de la poterie avec les inscriptions incisées ont été trouvés à l'intérieur du temple. En bordure du site, une grande plage de sable incite à la baignade.

Dans le complexe de construction (VIe-Ve siècle av. J.-C.), un grand nombre d'amphores ont été découvertes dans trois salles. Les amphores de la salle centrale étaient placées avec leurs bouches au niveau du sol, servant probablement au drainage du plancher.

Le mur occidental, les vestiges de deux tours du IVe s. av. J.-C. et une porte, c’est ce qui reste des fortifications de la ville.

Au-delà des murs vers l'0uest s'étendaient les cimetières de la ville. Les fouilles ont permis d'exhumer de riches objets funéraires, témoignages de l'opulence de la ville.