Exobourgo ou Xobourgo

 

Sur les flancs de cette colline se trouvent les vestige de la capitale antique, l'enceinte et le sanctuaire du VIIème siècle av. J.-C (Thesmophoreion de Déméter et Perséphone). Par la suite, les Vénitiens y construisirent une forteresse quasiment imprenable qui retarda considérablement les Turcs dans la prise de l'île.

Située près d’Exombourgo, on estime que l’église d’Agia Eleousa a été construite durant les premiers siècles de l’ère chrétienne (400-600) comme église paroissiale chrétienne. Ses dimensions sont de 14m sur 5m et elle abrite un beau temple en marbre ainsi qu’un sol en dalles de marbre rectangulaires sculptées. Elle honore la Zoodochos Pigis et une messe y est célébrée le premier mercredi de chaque mois par tous les prêtres de Tinos. Le dernier vendredi y ont lieues les Salutations de Notre-Dame.

 

Le premier moine jésuite Mich. Alvertinis arriva à Tinos en 1661 et s’installa à Exomvourgo (ville à l'extérieur de la forteresse). L'évêque y resta avec les habitants jusqu’en 1715 et l’occupation turque. En une décennie, avec l'aide d'amis et de croyants, il construit la grande église de Sainte Sophie qui fonctionna jusqu'à son abandon en 1846. A son arrivée sur l'île, le jésuite Alousio Destro reconstruisit l'église et la rebaptisa Sacré-Cœur de Jésus. Depuis, différentes salles ont été rajoutées et l’ensemble est devenu un lieu de pèlerinage dont la réputation dépasse aujourd'hui le territoire grec. Chaque vendredi de l'année s’y tient une messe. En Juillet s’y tient une fête durant toute une semaine et rassemblant des croyants de partout en Grèce.