Kos (Hora)

 

Kos (Hora), reconstruite après le séisme de 1933, est le chef-lieu et port principal de l'île. Dans cette station balnéaire et à proximité se trouvent de nombreuses fouilles archéologiques dans le plus ancien Asclépion (**) connu, le château des Chevaliers de l'ordre de Saint Jean (Neratzia) (*/**), le port pour petits bateaux uniquement dont l'entrée se fait par un passage étroit, le platane d'Hippocrate qui aurait été planté par ce dernier au Ve siècle et où il donnait ses cours et juste en face la mosquée de Gazi Hassan ou de Lontza avec son haut minaret. Elle a été construite en 1786 avec des vestiges de la ville antique. Plus au Sud, il y a le site archéologique le plus près du port avec l'agora composée de ruines hellénistiques dont deux colonnes ont été redressées et possédant de très belles mosaïques romaines, le temple d'Aphrodite et le portique datant du IVème siècle av. J.-C. dont il reste encore quelques colonnes, la vaste basilique, le temple probablement dédié à Héraclès (Hercule) et quelques parties de murs d'enceinte. Sur la place la plus pittoresque et la plus centrale de Kos, se trouve le musée archéologique. La "loggia" est une ancienne mosquée du XVIIIe abritant les marbres d'une basilique byzantine elle-même construite sur les ruines d'une colonnade grecque. Notons encore le parc national et les fontaines turques.

L'Asclépion (IVe siècle av. J.-C., **), grand centre thérapeutique de l'antiquité construit à 4 km au Sud-Ouest de la ville de Kos, est aménagé en différentes terrasses. Sur la première terrasse se trouvent un petit temple, une fontaine et une galerie. Sur la seconde, on trouve le temple d'Asclépios d'ordre ionique, construit au début du IIème siècle av. J.-C. et, à l'Est, les ruines du temple d'Apollon construit au IIIème siècle av. J.-C. dont 7 colonnes en marbre blanc ont été restaurées par les Italiens. Sur la troisième terrase, on peut voir le temple dorique d'Asclépion construit au IIème siècle av. J.-C. Ce dernier est le plus important et le plus sacré de l'Asclépion.

La Casa Romana, villa du style pompéien, abrite une mosaïque.

Notons encore l'Altar de Dionysos, l'odeion, les thermes, la voie romaine et l'église d'Agios Ioannis Baptistes.

 

Le château est situé à l'entrée du port de Kos où, dans l'antiquité, se tenait une île reliée à la terre ferme par un pont encore visible aujourd'hui (rue des phéniciens). Le château est constitué de deux enceintes défensives. L'enceinte intérieure possède quatre tours circulaires dans les coins. La tour sud-est fait partie de l'enceinte extérieure possédant des bastions massifs aux quatre coins. Les deux enceintes sont séparées par un grand fossé et communiquent par un pont-levis. Le château a été construit en pierre locale et avec des vestiges de bâtiments antiques (colonnes, architraves, bases etc.). Sur la partie supérieure de la maçonnerie on peut voir de nombreux blasons. Au-dessus de la porte principale se trouve une frise hellénistique avec des masques et des guirlandes. Au-dessus des portes (porte centrale, porte de Carmadino) se trouvent des colonnes de basalte placées oblique, provenant probablement d'une basilique chrétienne. Suite aux descriptions de voyageurs, nous savons que l'enceinte intérieure a été construite avant la fin du XIVe siècle. La partie la plus ancienne restante du château est la tour circulaire à gauche du pont reliant les deux enceintes ainsi que les blasons de deux grands maîtres : Lastic (1437 - 1454) et Milly (1454 - 1461). L'enceinte extérieure est postérieure à l'intérieur, sa construction a commencé en 1495 pour être terminée en 1514. Du côté nord, entre les deux enceintes, se trouvait un entrepôt construit par les chevaliers et restauré lors de l'occupation italienne. Il sert aujourd'hui de musée où l'on peut voir des autels, des sculptures et des inscriptions.