Pigadia

 

(c) www.grecomania.net

 

Vers l'an 1000, les Doriens sont arrivés à Pigadia et y ont fondé la plus grande des quatre anciennes villes de l'île à l'ont appelée Potidaio ou Poseidio. Pigadia, signifiant "puits" en grec, tire son nom des nombreux puits qui s’y trouvaient. Parfois aussi appelée "Karpathos", c’est aujourd’hui le chef-lieu et port principal de l'île. Les locaux appellent le port "Posi", déformation probable de l'ancienne ville "Poseidio". En plus de la grande jetée, une petite forme une petite marina pour les bateaux de pêcheurs et voiliers. Deux importants bâtiments ont été construits entre la Première et la Seconde Guerre Mondiale et rappellent l’occupation italienne du Dodécanèse : le bâtiment de la province de Karpathos et Kassos près du centre de la ville et le bâtiment abritant les douanes et autorités portuaires au port. Il est intéressant de visiter la place historique récemment rénové en face du bâtiment de la province et à proximité le visiteur peut assister à de nombreux événements culturels se déroulant dans le théâtre en plein air nouvellement construit. Notons aussi l'église de "Evangelistria" située dans le centre de la ville, la Grotte de Neptune, les bâtiments néoclassiques et le musée archéologique ainsi que de nombreuses tavernes. Pigadia est le centre de la vie touristique à Karpathos et en été, lors de la saison touristique, de nombreuses activités y sont organisées de jour et de nuit.

L'acropole minoenne était peut-être construite sur la colline rocheuse.

Suivant une nouvelle route monte vers la chapelle de la Panagia Larniotissa en traversant une montagne pleine de pins. De cet endroit nous avons une vue magnifique sur le port, toute la ville de Pigadia, la baie de Vrontis avec la longue plage et les villages de montagne de l’arrière-pays.

En quittant Pigadia vers Aperi, nous avons à notre droite la longue plage de Vrontis et les ruines antiques d’Agia Fotini et Afoti de la fin du Ve siècle et du début du VIe siècle : colonnes, marbres et gravures rupestres.