Mavromati

 

Mavromati se trouve à 32 km de Kalamata au pied du mont sacré Ithomé, aujourd'hui mont Voulkanos, couronné jadis par le sanctuaire de Zeus Ithomatas. Selon une légende, Zeus ne serait pas né en Crète ou sur l'Olympe mais à Ithomé où il aurait été par les nymphes Ithomé et Néda. Du sein de la montagne s'échappe une eau cristalline jaillissant avec force au milieu du village. L'ouverture par laquelle elle se diverse est appelée "Mavro Mati" (Oeil Noir) par les gens du pays et a donné son nom au village. C'est dans cette eau de la source Kalliroé, appelée Arsinoé par Pausanias, que les deux nymphes baignèrent l'enfant Zeus et c'est cette eau qui irrigue la terre de Mavromati, jonchée de ruines importantes. Le site serait les ruines d'une ville antique enclose par des murailles (IVe siècle av. J.-C.), mais on hésite entre les deux villes de Messène et d’Ithome comme pourrait le laisser croire les textes de Pausanias. C’est un mélange harmonieux de maisonnettes, champs, vergers et vestiges antiques assez bien conservés. On y trouve les vestiges de la porte d'Arcadie et quelques 200m de remparts. Un sarcophage a été découvert près de la porte. En contrebas du village nous avons les vestiges d'un théâtre et de 2 temples (infiniment rien). Dans l'architecture du village, des vestiges d'éléments d'anciens temples sont bien visibles dans les constructions (maisons, murets, etc.). Notons encore une fontaine contemporaine et un musée archéologique.

Un sentier partant de Mavromati conduit aux ruines de l'ancien temple de Zeus Ithomata. Au sommet se trouve aussi le monastère byzantin de la Panagia décoré de belles fresques (bien conservées) de l'École crétoise (1608). On raconte qu'à cet endroit des ermites trouvèrent une icône de la Vierge Voulkaniotissa, en l'honneur de qui fut fondé le monastère. En redescendant du sommet de la montagne, on rencontre des vestiges du temple d'Artémis Laphria ou Limnatida tandis qu'on aperçoit au loin, parmi les arbres, un peu plus bas que le col entre le mont Voulkano et le mont Agios Vassilio, le grand monastère de Voulcano, construit en 1625. Il abrite la vieille icône de la Vierge transportée lors d'une grande procession à l'Assomption (15 août) à sa première demeure, le monastère du sommet.

Sur le mont Ithome notons également la forteresse (quelques ruines) offrant un beau panorama.