Aréopoli

 

Dans ce village du Magne, dont le nom rappelle Arès, le dieu de la guerre, portait autrefois le nom de Tsimoba. On y trouve 2 petites chapelles avec fresques (XVIIIe), dont l'église Saint Jean Baptiste, et une grande église des Taxiarques (XVIIIe) avec campanile isolé et abside décorée de signes du zodiaque. La gloire ancestrale des Maïnotes résonne encore dans les ruelles pavées de ce chef-lieu du Magne et dans les couloirs de la tour Kapetanakos. La vieille ville est caractérisée par ses ruelles aux maisons fortifiées accessibles par des passages voûtés et tours de défenses. Autour de la place de l'église se trouvent plusieurs maisons fortifiées dont certaines transformées en hôtels. Le samedi matin, un marché se tient sur la place de la ville.

 

La grotte de Kalamakia a été formée il y a des centaines de milliers d'années et a été occupée par les hommes paléolithiques. Les découvertes archéologiques datent approximativement entre 80.000 et 40.000 ans (Paléolithique moyen). L'entrée de la grotte a ensuite été bloquée par une accumulation de pierres et de terre. Elle a été rouverte il y a environ 5.000 ans alors que le monticule a été démantelé par les vagues de la mer. Elle est située à l'entrée du compartiment d'Itylo, sur la côte occidentale de la péninsule de Mani (Péloponnèse méridional). Elle se trouve près du rivage, au pied d'une falaise de 40 mètres de haut. Au niveau de l'entrée, la grotte semble être une galerie de 8 mètres de haut et profonde de 7 alors que sa profondeur avoisine les 20 mètres. Au fond de la grotte, cette galerie devient très étroite et basse alors qu'elle est remplie de dépôts, riche en restes archéologiques, presque jusqu'au toit. Les fouilles de Kalamakia ont commencé en 1993 et nous fournissent, pour la première fois, des informations précieuses sur les hommes paléolithiques, le climat, la faune et la flore du Péloponnèse méridional lors de la dernière glaciation.