Dimitsana

 

(c) www.grecomania.net

 

Le nom de Dimitsana, tout comme celui de sa voisine Langadia, a gardé le souvenir de la présence slave. Et d'ailleurs, on ne se sent plus tout à fait en Grèce dans ce village médiéval de montagne qui accroche magnifiquement ses vieilles maisons en surplomb des impressionnantes gorges du Loussios. Dans le village, construit à une altitude de 1.000m, nous trouvons des ruelles pavées, des balcons en bois, des toits de tuiles, toutes des constructions respectant l'architecture, une bibliothèque, un musée d'art populaire, des églises, des moulins à poudre, les Loutra Ireas (Bains d'Héra), des sources thermales, le monastère de Philosophos et sur le flanc d'une colline, les vestiges de la ville antique d'Héra. Ce beau village d'Arcadie est localisé pas loin des ruines de l'antique Teuthis et possède 4 clochers. Dans la région, aux bords de la rivière Lousios, se trouve le musée en plein air de la force hydraulique, inauguré en 1997. Nous trouvons aussi des forêts de pins et de sapins.

Dimitsana occupe le site de l'acropole de l'ancienne Teuthis sur laquelle se dressent maintenant les ruines d'un château médiéval. La cité arcadienne conserve surtout le souvenir de ses héros qui luttèrent contre le joug ottoman. Ville natale de Germanos et de Grégoire IV, deux grands personnages de la guerre d'Indépendance, elle fut aussi le fief de deux familles -les Kolokotronis et les Deligiannis- dont les membres s'illustrèrent en 1821. En dehors du petit musée d'Art religieux (ouverture irrégulière) installé dans la maison natale du patriarche Grégoire N, la visite consistera en une balade sans but précis le long de ruelles parfois entrecoupées d'escaliers et bordées de vieilles maisons. Ne ratez pas la place principale, avec ses boutiques d'un autre âge.

 

Le nouveau monastère de Philosophos a été construit dans la gorge de Lousios au milieu du XVIIe siècle afin de remplacer un plus ancien de style byzantin. Le catholicon (église principale) est une église en croix couverte d'un dôme et aux façades à la pauvre décoration de brique. Les fresques sont datées de 1663 et sont le travail de Victor, un représentant de l'école crétoise. L'église possède également une impressionnante iconostase en bois sculpté. Le nouveau catholicon a été construit par les moines du nouveau monastère et a été peint aux dépens du Pasha Mavraidis de Stemnitsa. Du milieu du XVIIe siècle au milieu du XVIIIe, le nouveau monastère a logé l'école du clergé de Gortys servie par les personnes importantes de l'église (par exemple le patriarche Gregory V). Entre 1834 et 1836, le monastère a été supprimé par décision de la régence bavaroise, sa propriété a été confisquée et vendue aux individus. Le bâtiment des cellules a été consolidé et des parties reconstituées par le service archéologique. L'aile nord du bâtiment et le catholicon devront aussi subir des restaurations. Aujourd'hui le monastère est utilisé comme couvent pour des moines et est une dépendance du monastère de Timios Prodromos (Agios Ioannis le précurseur) à Stemnitsa.

Notons aussi le monastères d'Agios Ioannis Prodromos.