Astros

 

A Astros nous trouvons un musée archéologique situé dans la partie haute du village, près du lycée, du collège et d'un bâtiment moderne -fondation A. L. Zapheiri-, à environ 200m de l'OTE, et le château de Paralion Astros avec à ses pieds une longue plage. Dans la région de Paralio Astros, vers la montagne Parnon, nous trouvons les villages de Platanos, Prastos et d'Agios Petros aux maisonnettes, maisons de maîtres et tours, ainsi que les monastères d'Elona (curieusement suspendu), Paleopanagia, Eortakousti, Karia, Ioannis o Prodromos.

 

Le château, situé au sommet de la colline appelée " Nissi ", a été construit durant la période médiévale pour être transformé en puissant complexe défensif. Au XVIIIe siècle, les trois frères de Zapheiropoulos, des négociants vivant à l'étranger, sont retournés combattre pour la révolution grecque dans leur village natal et construisirent leurs maisons à l'intérieur du château. Certaines parties du château (l'escalier menant à la porte centrale, des parties de l'enceinte...) ont été restaurées Les monuments les plus importants sur l'emplacement sont :

Le Château, de plan rectangulaire et à la maçonnerie grossière. Une grande partie de l'enceinte et une des tours défensives sont préservées aujourd'hui.

La Résidence de Panos Zapheiropoulos (à l'intérieur du château) est un bâtiment rectangulaire érigé sur les ruines d'un bâtiment plus ancien de date inconnue. L'intérieur était divisé par des cloisons en bois.

La Résidence de Constantinos Zapheiropoulos était adossée au mur sud du château et a eu des salles auxiliaires, une latrine, et des réservoirs.

La Résidence d'Ioannes Zapheiropoulos est conservée en mauvais état mais la structure entière est semblable à la résidence de Constantinos Zapheiropoulos.

Différents vestiges de bâtiments aux fonction et date inconnues ont été préservés à l'intérieur du château.

 

En prenant depuis Astros une petite route qui monte vers Tégée et Tripolis, on atteint (à environ 4 km) le charmant monastère de Loukous situé dans une oasis de verdure (église byzantine, fresques du XVIIe s.). 200m après le chemin qui conduit au monastère, une piste (à droite de la route et à environ 100m) mène aux ruines de la grande et luxueuse villa que s'était fait construire ici, au IIe s. de notre ère, le célèbre Hérode Atticus.