Myrina

 

Myrina (c) www.grecomania.net

 

Myrina ou Kastron est le chef-lieu plein de charme avec ses belles maisons de capitaines. Elle est construite à l'emplacement de la ville antique du même nom. On y trouve une forteresse génoise sur un piton rocheux et un musée archéologique. En face on devine les vestiges de l'ancienne cité pelasgienne. Notons la jolie plage abritée du vent se confondant avec le rocher escarpé où se trouve son château génois. Les fouilles effectuées en 1991-1993 ont mis en évidence le sanctuaire d'Artemis situé en dehors des murs de ville et utilisé sans interruption de l'époque archaïque à la période hellénistique. Le site archéologique situé dans la cour d'un hôtel d'Avlona est ouvert au public. Plusieurs phases architecturales y ont été distinguées, allant de l'archaïque à l'hellénistique. Le bâtiment central était composé d'une cour ouverte et pavée autour de laquelle étaient organisées les salles utilisées lors des cérémonieuses.

 

Le château, plus grande forteresse de l'égéen, est construit sur une raide péninsule rocheuse reliée à la terre du côté oriental. Des côtés est et sud, son mur est considérablement haut et les tours nombreuses, tandis que des côtés nord et ouest le mur est beaucoup plus bas et les tours peu nombreuses. Sur le point le plus élevé de la colline se tient le bâtiment défensif à moitié ruiné. Sont aussi préservés dans le secteur une mosquée musulmane, une salle souterraine et des réservoirs. Elle prit sa forme actuelle en 1207, quand le vénitien Philokalos Navigajoso, grand duc de Lemnos, l'enrichi. Le château a été renforcé par son successeur, Leonardo Navigajoso, qui est parvenu à le garder sous son commandement pendant 45 années. Sous la domination turque, la région a été habitée par les Turcs. Les murs ont été sévèrement endommagés en 1770, pendant le siège de Myrina par la flotte russe. En 1990-91, les fissures dans la maçonnerie des côtés sud et est ont été réparés. Le monument est accessible au public.