Kastoria

 

Située près de la frontière albanaise, cette ville médiévale négligée par les touristes fut une des plus riches de l'Empire byzantin. Elle est située sur l'emplacement de l'antique Kelethron et est connue pour son lac (aussi appelé "Orestias") ainsi que ses ateliers de fourrure. Les remparts de la ville paléochrétienne ont été remplacés au XIe siècle par d'autres munis de tours rondes et d'une acropole avec des tours sur les quatre côtés. Un long mur de fortification du VIe siècle est visible près de la place de la mairie. Dans la cité pittoresque nous pouvons voir de nombreux monuments ottomans et des maisons aristocratiques, les archontika à l'architecture caractéristique de la Macédoine et des Balkans, de vrais musées contenant boiseries, bois sculptés, peintures et dessins (maisons Yannakis, Bessara, Sapountzis, Sachynis). Ces demeures de riches commerçants sont constituées d'un rez-de-chaussée solidement construit en pierre locale sur lequel reposent un ou deux étages élevés en bois et en torchis. Autrefois, un jardin était souvent aménagé à l'intérieur. On verra quelques-unes de ces maisons près de la rive sud du lac, autour de la place Emmanouil. L'une d'entre elles, la maison Nérantzis, abrite aujourd'hui le Musée ethnographique (traditions populaires, entrée payante), où a été reconstitué un intérieur traditionnel avec ses plafonds en bois finement sculpté, ses grandes cheminées et ses peintures murales. Cette remarquable reconstitution ne peut que faire regretter l'abandon dans lequel sont laissés bon nombre d'archontika de la ville.

On peut aussi se promener dans les rues pittoresques descendant vers le lac ou sur la très jolie promenade (agréable surtout en fin d'après-midi) aménagée autour du promontoire qui domine le lac à l'Est de la ville (le tour complet représente environ 5 km, à faire à pied ou en voiture).

Notons encore la mosquée. Kastoria dispose d'un aéroport civil.

 

Les églises

On peut visiter les nombreuses églises et chapelles byzantines (72), construites entre le XIe et le XVIIIe siècle parfois les unes à côté des autres, et dont certaines sont couvertes de tuiles ou de pierres plates comme elles devaient toutes l'être dans le passé. On y trouve des fresques de différentes époques byzantines. On peut en demander l'accès au musée byzantin.

 

Agios Stefanos (IXe et Xe siècle), au nord-est de la ville, est une église byzantine épiscopale à 3 nefs de type "oriental" avec narthex, abside et tribune (galerie supérieure réservée aux femmes), voûtes en berceau et demi berceau au-dessus de la tribune. De gros piliers soutiennent la voûte en ogive du XIe siècle. Deux couches de fresques ont été conservées et datent de la fin du IXe siècle ou début Xe et du XIIe. Mais il existe aussi quelques fresques d'autres époques (XIVe…). On y trouve également une iconostase en bois sculpté.

L'église du Taxiarque dédiée à saint Michel l'Archange, située près de la métropole, est une église à 3 nefs voûtées en berceau avec narthex (la nef nord ayant été remaniée). La fondation et sa décoration date de la fin du IXe ou du début du Xe. Des restes de fresques originelles ont été conservés. Dans la nef centrale, elles datent de 1359/1360 tandis que celles du mur extérieur Sud datent de 1436 et 1439.

L'église d'Agioi Anargyri (Xe s.) consacrée aux saints médecins Côme et Damien (les Saints Anargyres) est une église à 3 nefs avec narthex de conception identique à la basilique Agios Stéphanos. Elle parait cubique mais le côté Nord est plus court. Sauf pour le narthex, les voûtes ont été remplacées par des toits en charpente à la fin du XIe s. ou au début du XIIe s. La décoration en marbre date du XIe siècle. Quelques fragments des fresques originelles (XIe siècle) sont visibles sous la couche ultérieure (XIIe siècle). De nouvelles fresques ont été peintes lors de la restauration du XIIe siècle.

Située sur la place Omonia, la chapelle à nef unique d'Agios Nikolaos (tou) Kasmitzis est couverte en charpente et possède un narthex. Ses peintures de très grande qualité du XIIe siècle sont bien conservées datées des années 1180 en raison de leur " style dynamique ".

L'église byzantine épiscopale Panagia Koubélidiki (Skoutariotissa selon une inscription sur la base de la coupole, Xe siècle) est tri conque avec coupole du milieu du IXe siècle. Son exonarthex est plus tardif (XVe s.) et ses fresques datent de 1260-1280 et du XVIIe tandis que celles de la façade occidentale ont été peintes en 1495-1496.

Le narthex de l'église Agios Dimitrios tou Ikonomou, à nef unique couverte en charpente est plus tardif. On peut voir quelques vestiges de fresques (mauvais état) du Xe et de la fin du XVe siècle.

La chapelle du Taxiarque du Gymnase est une église à nef unique couverte en charpente. Son narthex d'origine a été agrandit plus tard. Quelques vestiges de fresques de l'époque (XIe) sont encore visibles tandis que les autres datent du XVe et du XVIIe siècle.

Agios Dimitrios tis Eloussas est une église à nef unique couverte en charpente. Ses fresques ont été peintes au XIIIe siècle et en 1609.

Agios Stilianos (ou Agios Alipios) est une église à nef unique couverte en charpente et possède une extension plus récente vers l'Ouest. Ses fresques ont été peintes au XIIe siècle.

Située près de la métropole moderne place Pavlou Mela, Agios Athanassios tou Mouzaki est une église byzantine épiscopale à nef unique couverte en charpente datée 1384-1385 et décorée de fresques de haute qualité artistique de la même époque.

Agios Nikolaos de la Métropole (Karavidas) est une église à nef unique décorée de fresques de 1593. Sur la façade extérieure du mur Nord on peut voir des fresques (Jugement dernier) de 1656-1657.

Agios Nikolaos o Petritis est une église à nef unique avec un narthex taillé dans le rocher à un niveau plus élevé. Ses fresques de bonne qualité datent du XIVe siècle.

Agios Nikolaos de la paroisse Agios Loukas (de Tzotzia) est une église à nef unique dont le narthex a été rajouté plus tard. Les fresques originelles (XIVe) sont encore visible sur la partie est du mur nord et sur le fronton extérieur du mur est.

Panagia Faneromeni est une église à nef unique couverte d'une charpente. Les grands bâtiments annexes sont plus tardifs. Ses fresques du XIVe siècle sont couvertes de suie.

Agios Nikolaos tou Drakota est une basilique couverte en charpente et décorée de fresques du XIVe siècle.

Panagia de la paroisse des Agii Anargyri est une église à nef unique décorée de fresques du début XVe et de 1634-1635. Le mur sud du narthex (situé au Nord de l'église) a été décoré de fresques en 1657.

Agios Nikolaos des Agii Anargyri est une basilique à nef unique couverte en charpente et décorée de fresques au XVIIe siècle.

Agios Georgios tou Vounou (St Georges du Mont) est un ancien katholikon d'un monastère. D'abord église à nef unique, une galerie fermée à l'Ouest et au Sud a été rajoutée ultérieurement. Les fresques les plus anciennes datent du XIVe, les autres (entre autre dans le narthex) de 1651.

Agios Nikolaos de Kyritzis est une église à nef unique couverte en charpente et décorée de fresques de la fin du XIVe. Sur la façade extérieure occidentale on peut voir un Jugement dernier peint en 1654, année de la restauration de l'église. Certaines fresques de la nef sont également de cette époque.

L'église des Agioi Tris (des 3 saints, Gourias, Samonas et Avivos), est une église à nef unique couverte en charpente dont la galerie ouverte sur les côtés nord et sud a été rajoutée plus tard. Ses fresques ont été peintes en 1401.

Agios Ioannis o Prodromos Omonias (Saint Jean le Précurseur d'Omonia) est une église à nef unique couverte en charpente. A l'extérieur nous pouvons voir des fresques datant de la fin du XIVe siècle ou du début du XVe.

Panagia Rassiotissa est une église à nef unique probablement construite en 1411 et possédant une galerie fermée rajoutée plus tard sur les côtés sud et ouest. Sur sa façade nous pouvons voir une peinture originelle alors qu'à l'intérieur les fresques datent du XVIe siècle, comme sur la façade extérieure du mur sud (Jugement dernier).

Agios Andreas de Roussouli est une église à nef unique couverte en charpente et décorée de fresques au XVe siècle.

Agios Nikolaos de la moniale Euprascia est une église à nef unique couverte en charpente et décorée de fresques durant les années 1485-1486. Au milieu du XVIIe siècle, elle subi une restauration et reçu des fresques à l'extérieur sur la façade sud.

Agios Nikolaos de la Dame Théologina est une église oblongue à nef unique, couverte en charpente avec narthex. On peut y voir quelques fresques de la fin du XVe et de 1663, comme celles sur la façade ouest.

Agios Nikolaos de Magaliou est une église à nef unique couverte en charpente. Des fresques ont été peintes en 1505 sur les murs nord et sud et au XVIIe siècle sur le mur est.

Agioi Apostoli de l'Eleoussa est une église à nef unique couverte en charpente et décorée de fresques de 1547.

Panagia du quartier Ikonornou est une église à nef unique couverte en charpente et décorée de fresques en 1606.

L'église ton Isodion tis Théotokou (Présentation de la Vierge) est une église à nef unique couverte en charpente et décorée de fresques en 1614. À l'extérieur du mur ouest, les fresques datent de 1627.

L'église des Taxiarques d'Apozari (restaurée fin XIXe) possède peu de fresques de l'époque de sa fondation, c'est à dire 1622.

L'église Agios Nikolaos du Seigneur Thomanos de l'Orphelinat est une église à nef unique couverte en charpente et décorée de fresques en 1639.

Agios Georgios de Mouzévikis est une église à nef unique couverte en charpente avec narthex. On peut y voir des fresques des XVIe et XVIIe siècles (dans le narthex).

Panagia de Mouzévikis est une église à nef unique couverte en charpente et décorée de fresques en 1654.

Agios Nikolaos de Karydis est une église à nef unique avec narthex et des fresques de 1712.

O Prodromos d'Apozari (St Jean le Précurseur d'Apozari) est une église à nef unique couverte en charpente avec narthex à un niveau plus élevé. Ses fresques de 1727 sont en bon état.

Au-dessus d'une courte pente caillouteuse, Agios Thomas est reconnaissable à sa longue galerie de charpente où pend à des cordes une lourde cloche de cuivre. L'intérieur est très différent des autres, tout en poutres apparentes avec des plafonds de marqueterie. On y voit peu de peintures mais les couleurs dont sont couvertes les charpentes et la menuiserie en font une sorte de tapis persan aux tons chauds.

Directement en contrebas de cette église, se trouve une bâtisse rectangulaire dont on vient de restaurer les murs de brique et le toit de tuiles. Elle abrite les fresques du sanctuaire d'Agios Nikolaos couvrant toutes les murailles sauf quelques vides produits par la négligence encore plus que par le temps. Celles de la nef sont peu visibles, l'édifice sans coupole n'ayant que des fenêtres pareilles à des meurtrières, mais le narthex, bien éclairé, surtout si on en laisse ouverte la porte extérieure, est un prestigieux ensemble de médaillons, de scènes évangéliques et de hautes figures de saints, une imagerie d'un grand style décoratif où dominent l'or et le rouge orangé sur fond noir, ce qui donne à ces peintures les riches tonalités des laques de Chine.

La basilique Panagia Mavriotissa (Dormition de la Vierge), située au bord du lac à 3km au Sud-Est de Kastoria, est un ancien katholikon d'un monastère. A nef unique couverte en charpente, elle possède un narthex plus bas de la fin du XIe ou début XIIe siècle. Ses fresques datent de cette époque et du XIIIe siècle. Au XIVe siècle, une partie de la galerie sud est remplacée par une chapelle annexe dédiée à Saint Jean le Théologien, décorée de fresques post-byzantines en 1552. On peut y profiter d'une vue sur le lac.

En face de son église, le pope (un homme d'affaires !) a ouvert une boutique de souvenirs où l'on peut voir au premier étage une reconstitution d'un intérieur traditionnel. Juste à côté, une petite taverne permet de prendre un agréable déjeuner au bord de l'eau en compagnie des dizaines de cygnes attirés par l'aubaine...

 

Centre d'Information de l'Industrie de la Fourrure

Le Centre d'Information de l'Industrie de la Fourrure (à 1 km de la ville en direction de Florina, entrée libre), permet de se familiariser avec l'industrie et le négoce des fourrures. C'est dans cette vaste salle d'exposition de 2 500 m2 que se déroule chaque année en mars une foire internationale de la fourrure. C'est, avec celles de Montréal et de Francfort, l'une des trois plus importantes au monde.

 

Le lac

Le lac de Kastoria est entouré de collines et de forêts et l'on peut en faire le tour en bateau ou par la route. Pour jouir d'une superbe vue sur le lac, rendez-vous au monastère de Mavronlatissa (ou Mavrotissa) dont la façade de l'église est protégée par la saillie du toit et l'intérieur décoré de fresques.

 

Fêtes

Les Ragoutsaria, les fêtes de carnaval, sont connues dans toutes la Grèce et célébrées avec enthousiasme à Kastoria. Durant les 6, 7 et 8 janvier, les habitants se déguisent avant de se retrouver dans les rues un verre de vin à la main, au son des orchestres traditionnels. Le troisième jour se termine en apothéose, avec un immense défilé à travers la ville. Autre temps fort dans le programme des réjouissances, le festival de Kastoria en juillet et août propose des troupes de théâtre, des orchestres et des chanteurs se produisant au théâtre en plein air aménagé à l'antique sur le flanc du promontoire dominant la cité.

Dans un autre registre, le mois de mars est celui de la foire internationale de la fourrure. Maîtres incontestés du commerce de la fourrure depuis le Xve siècle, les Grecs contrôlent près de 80% de la production et de la distribution mondiale des peaux. Selon M. Kehagia, président de l'Association locale des fourreurs, la plupart sont originaires de Kastoria.

 

Souvenirs

Comme souvenirs vous pouvez bien sûr rapporter des fourrures, spécialité de la région, magnifiques et bon marché.