Serres

 

Du IVe au VIe siècle (époque paléochrétienne), Serres était le siège de l'évêché. Le début du XIIIe voit la reconstruction des fortifications de l'acropole après l'occupation de la cité par le prince des Bulgares, Ioannitzès (1205) avant une période mouvementée aux XIIIe et XIVe siècles. Il ne reste que peu d'infos sur les fortifications paléochrétiennes. Les fortifications abritent l’église byzantine dédié à Agios Nikolaos. On peut y jour d’un panorama. La ville fut entièrement reconstruite sans rapport avec l'ancienne cité après l'incendie de 1913. Les vestiges de murailles médiobyzantines dont ceux de la porte principale (dite du Forum) sont situés dans les sous-sols de bâtiments modernes.

L’ancienne métropole (XIIe siècle, restaurée en 1949) est une église byzantine épiscopale (**) dédiée à Agioi Theodoroi et se compose de 3 nefs avec narthex et mosaïques sur l'emplacement d’une basilique paléochrétienne. Elle est décorée de fresques XVIIIe siècle. Elle a la particularité d'être pourvue, au fond de l'abside, d'un synthronon à triple degré comme dans les églises paléochrétiennes. De la décoration originelle, il ne restait qu'une mosaïque erprésentant un saint André d'une Communion des Apôtres (début du XIIe s.), détachée de l'abside et exposée aujourd'hui au musée de la ville. Certaines mosaïques ont disparu dans l'incendie de l'édifice par les Bulgares. A l’angle Sud-Est de l'enceinte nous avons les ruines de thermes paléochrétiens utilisés comme sanctuaire à l'époque byzantine tandis qu’à l’extérieur de l’angle Nord-Ouest de l'église nous trouvons une chapelle à nef unique et coupole. Une inscription sur le mur sud témoigne des restaurations continuelles. Elle subit des incendies en 1849 et en 1913. Plus au nord, le petit édifice à la place d'une chapelle byzantine sert de musée.

De l’époque des paléologues il nous reste l’église Agios Georgios Krioneritis, tri conque à nef unique et à coupole (XIIIe s.), l’église Agios Dimitrios, à nef unique et coupole en croix grecque inscrite (XIVe), les dépendances du monastère de Timios Prodromos en dehors de la ville, Agios Nikolaos sto Kastro, à coupole et nef unique, tri conque (XIVe) refaite en 1937 et décorée de fresques (1958) et l’acropole dominée par la tour carrée centrale (1348-1355).

Des édifices du typique quartier ottoman notons les mosquées d'Ahmed Pasha (1492), de Kotja Mustapha Pasha (1519) et Tjidjirli (XVIe) ainsi que le Bezesteni (marché du XIVe - XVe s.) servant de musée archéologique et les vieux bains turcs.

Le musée d'Art Populaire dans un édifice néoclassique classé dans le quartire de Sarakatsanoi.

Comme souvenirs vous pourrez rapporter des tentures et des couvertures tissées main.

 

Le monastère Timiou Prodromou (Saint-Jean-Baptiste) est situé sur le mont Menikion à 17km au Nord-Est de Serres et fut fondé en 1270. Il bénéficia au siècle suivant des faveurs impériales qui en firent un des monastères les plus richement dotés de la région. Après la prise de la ville de Constantinople par les Ottomans au XVe s., le premier patriarche Gennadios vint s'y retirer et y mourir après son abdication (mai 1456). Il repose toujours dans le catholicon. A l’Ouest nous voyons une porte et une tour d'angle de l'époque des paléologues (arcs boutant extérieurs), les cellules, les dépendances et la chapelle annexe de l'Evangelismos avec ses fresques de 1877. Au Sud nous avons une salle de réception décorée de fresques en 1795, des cellules et la chapelle des Taxiarques décorée de fresques en 1634. A l’Est nous avons les cellules et chapelle annexe bâtie sur une église plus ancienne connue sous le nom de Prodromoudi (Petit St Jean Baptiste) avec des vestiges de fresques de 1535 et du XIIIe siècle. Au Nord, enfin, se trouve encore quelques cellules, le grand réfectoire, les ateliers et le vaste appartement à l'étage appelé Ecole. Le Katholikon du début XIVe est situé au centre du monastère et abrite les sépultures du fondateur, Jean, et du patriarche Gennadios Scholarios (dans le mesonykton). Il est constitué d'un exonarthex (aménagé au XIXe s.) suivi de deux salles, l'énaté (la Neuvième) où l'on chante la neuvième heure, avant les vêpres, et le mesonykton où l'on chante les matines, puis du naos. Bien peu de la décoration originelle subsiste de nos jours. Les peintures les plus anciennes (XIVe s.) se trouvent dans l'énaté. Le reste des peintures date pour l'essentiel du XIXe s. Au Nord nous avons deux chapelles annexes dédiées à Agios Spiridon et à Agios Ioannis tou Ktitoros (St Jean le fondateur), à l’angle Nord-Ouest, un clocher en forme de tour (1849). La Façade de l'église, avec colonnes, date de 1849. A l’intérieur nous pouvons voir des fresques de différentes époques : des fresques originelles (1319), du XIVe, du XIXe et du XVIIe. La chapelle funéraire d'Agios Nikolaos est décorée de fresques du XIVe siècle repeintes en grande partie au XVIe, tandis que celles d’Agios Spiridon datent de 1761. A l’extérieur du monastère notons que des chapelles annexes, des chambres pour les hôtes et un chemin dallé de pierre menant à Serrès sont conservés.

 

A 29 km de Serrès-Laïlia (route asphaltée), se trouve le refuge alpin de Christos Karabourounis.