Zigos

 

C’est un ancien monastère du Mont Athos fondé au début du Xe siècle et détruit avant 1198. Il est situé à environ 2 km à l'est de Ouranoupoli, juste en dehors des limites du Mont Athos (40m des frontières), au lieu connu comme Fragokastro. Selon les sources il semble être l'un des plus anciens établissements monastiques sur la péninsule du Mont Athos. Il a été découvert lors de fouilles en 1984. Selon le directeur scientifique de la fouille « Le Mont Athos est constamment renouvelé depuis qu'il a commencé à être peuplée. Ainsi, si quelqu'un veut étudier les monastères situés à l'intérieur en termes d'archéologie, la construction et l'organisation de l'espace de culte doit chercher un autre endroit ». Parmi les fouilles, les visiteurs peuvent voir le château, les tours et surtout le Catholicon du monastère (en cours de fouille). Le château se compose de cinq phases de construction, toutes plus anciennes que 1211. La superficie à l'intérieur des murs couvre 5,5 hectares et les murs possédaient 11 tours dont certains sont en cours de restauration.

Lorsque saint Athanase l'Athonite, fondateur du monastère de Megistis Lavras est arrivé au Mont Athos vers 958, il s'installe dans la région du monastère et fait le premier test ascétique sous la supervision d'un moine aîné. Toutefois, la première mention de Zygos est faite dans un document de 942 dans lequel il n'est pas précisé si ce nom fait référence à un emplacement, un monastère ou un site. Le premier rapport précis de son existence était en 992 alors qu'il était déjà un centre monastique important avec un rôle important dans le fonctionnement de l'État du Mont Athos. En 1018, alors que Nephon était abbé, ses propriétés ont augmenté avec des terres accordées par la communauté du Mont Athos. Dans le même temps, un complexe élargi de bâtiments et un nouveau Catholicon (église principale) sont construits. Au cours du XIe siècle, le monastère était un des plus importants dans le Mont Athos, très bien classé dans la hiérarchie. C'est un château pentagonal fortifié par dix ou onze tours. Le monastère a été abandonné à la fin du XIIe siècle pour des raisons inconnues et aurait été remplacé par le monastère d’Hilandariou. Vers 1206, un seigneur Franc a attaqué à plusieurs reprises le Mont Athos. Evénement qui s'est arrêté en 1211 par l'intervention du pape de Rome et cela semble s’être passé dans ce monastère d’où l’appellation régulière de Fragokastro.

L'abandon et l'abstraction de pierres comme matériaux de construction jusqu'en 1980 ont transformé le monastère en un tas de ruines. Six fours à chaux ont été exploités à l'intérieur et autour de celui-ci. Il est rapporté que la chaux nécessaire à la construction de l'immeuble de l'hôtel Xenia à Ouranoupoli en 1960 provenait d’ici. Le 10e Ephorate des antiquités byzantines, responsable de la recherche archéologique, possède des archives contenant des informations précieuses sur le monastère. Suivant les dernières fouilles, il a été constaté que le monastère a été construit sur les fondations existantes du IVe siècle avant J.-C. au VIe siècle après J.C. Le complexe se compose d'un ancien noyau (à l'ouest), doublé vers l'est.

Le Catholicon est situé dans l'extension dont la construction commença au milieu du XIe siècle. Il se compose de quatre phases de construction bien distinctes. L’église principale complexe, reposant sur quatre piliers avec un narthex étroit a d’abord été construit. Ensuite fut construite la chapelle au nord avec la tombe du fondateur, le narthex extérieur et enfin au sud une chapelle en forme de dôme abritant également la tombe de l'un des fondateurs. La construction des trois tombes officielles en contact avec le mur sud du Catholicon suivi. C'est un temple en forme de croix avec deux chapelles funéraires. Les murs sont conservés sur une hauteur de 2 à 4 mètres. Ses parties en marbre, pièces maîtresses d'art, ont été en partie pillées à un stade très tôt et la plupart de ce qui reste est en morceaux. Les quatre piliers soutenant la coupole ont disparus, mais la membrane de marbre de l'ouverture nord du temple principal est encore conservés presque intacte. L'intérieur du temple était revêtu de plâtre et de fresques. Certaines parties de la grande représentation de l'Annonciation et de la croix en pierres sont conservés dans le narthex. Deux couches de peintures murales avec la présentation d'un hiérarque, probablement Saint-Nicolas, ont été découverts dans la niche de la chapelle sud. Il y a des ajouts de marbre d'excellente facture conservés en bon sur le sol du Catholicon et de la chapelle nord, probablement fait au XIe siècle. Un complexe de moulin à huile a été créé dans le narthex au cours des XVIe - XVIIe siècles lorsque le Catholicon était désert. Un second moulin à huile a été installé au même moment dans un bâtiment déjà abandonné de la cour du monastère mais leur fonctionnement a été arrêté avant 1858.

Les fouilles ont mis à jour beaucoup de trouvailles. Les plus importantes découvertes mobiles sont la décoration en marbre et les additions en marbre, les sols en mosaïque caractérisant l'architecture byzantine. En outre, une médaille d'argent avec une représentation sculptée d’Agia Paraskevi, une tablette avec la représentation d'un archange, des cailloux de verre d'une mosaïque, des aiguilles en bronze et des dés à coudre, des couteaux, des pièces des XIe et XIIe siècles, de la poterie et vases en verre de la même époque se distinguent parmi les petites découvertes.