Pyrgadikia

 

De loin, Pyrgadikia ressemble à une île sur la côte nord de la baie de Singos, les eaux séparant Sithonia du mont Athos. Aussi connu comme Agios Dimitrios, le village s'étend en amphithéâtre sur la pente d'une colline à 97km de Thessalonique et 36km de Polygyros, et est entouré par de nombreuses petites et belles plages se déroulant comme une dentelle dans la baie de Siggitikos. Après la catastrophe d'Asie Mineure, la région a reçu de nombreux réfugiés du village d’Afthoni sur l'île de Marmara en Mer Noire. En 1925, ils fondèrent Pyrgadikia en suivant une conception urbaine fonctionnelle. Selon une version locale, le village a probablement tiré son nom de l'expression «terrain péri (autour de) Gardikeia", mentionné en 1057 dans les documents du monastère de Dochiariou (Mont Athos). Cependant, dans les documents de l'époque byzantine le village possède son nom actuel. L'occupation des habitants, en plus de la culture de l'olivier et la pêche traditionnelles (un abri de pêche est opérationnel), fournit des services touristiques. Une grande fête a lieu le 8 Septembre, lors de la célébration de l'Assomption de Theotokos.

L'église d’Agios Dimitrios (St Demeter), construite au milieu du XVIIe siècle, a donné au village son deuxième nom. Dans l'église de la Panagia Kastrella vous pouvez encore voir l'icône de la Vierge apportée par les colons arrivés d'Asie Mineure. Selon une vieille histoire des Turcs jetèrent l'icône à la mer mais elle a été retrouvée plus tard par les habitants à l'intérieur d'un château, d'où le nom de Kastrella. Des vestiges d'un château byzantin sont situés entre les maisons du village. Une petite plage se trouve en face du village et propose des restaurants, tavernes et cafétérias.

A Agii Theodori se trouve la chapelle de la Transfiguration d’où l’on a une vue panoramique. Le site a d’ailleurs été utilisé comme un point d'observation par les Ottomans.

La tour du XIVe siècle dans la région appelée Kambos, faisait partie de la propriété d’un monastère.