Nea Roda

 

Situé à 130km de Thessalonique et 55km de Polygyros, il est considéré par beaucoup comme le plus grand village de refugiés venant du Nord de Halkidiki après la catastrophe d'Asie Mineure. Son nom indique l'origine des résidents : Roda de Propontida. L'été 1923, près de 40 familles se sont installées sur le site de "Provlakas" (signifiant avant le sillon, c'est à dire avant le Canal de Xerxès) après avoir erré autour. Durant les premières années, les habitants de Nea Roda étaient principalement occupés dans l'agriculture et la pêche. De nos jours, la région attire beaucoup de touristes grâce à ses belles plages. C’est devenu une station balnéaire dotée d'une plage de sable, hôtels et campings, bars et tavernes. Plus de 1.200 personnes y vivent toute l'année mais ce nombre est multiplié au cours de l'été. La faible distance avec Ierissos (6km) contribue au développement rapide de Nea Roda et son infrastructure touristique est parfaite. Notons la fête traditionnelle le 23 août et le festival de la sardine le dernier lundi de Juillet.

Le sanctuaire situé dans la région de Nea Roda a été fondé vers la fin de la période archaïque (fin du VIe siècle) et a perduré jusqu'aux époques hellénistiques. Son histoire est liée aux deux villes antiques de la région, Andros et Uranopolis. Construit par les habitants en dehors de la ville, le sanctuaire a été incorporé par Alexarchos à Uranopolis fondée en 315 av J.-C. Les fouilles archéologiques ont commencé en 1990, quand une antéfixe archaïque tardive et un type octaédrique de vase ont été découverts lors d'un aperçu de la région. Les monuments les plus significatifs sont :

L'"oecus" archaïque tardif se composant d'une cella et d'un porche (pronaos). Il se tient sur une base (podium) de granit et ses murs sont faits de marbre. La façade externe est décorée d'un motif hexagonal, alors que l'intérieur est enduit de plâtre. Les tuiles en terracota et les ornements (acroteria) du toit sont les découvertes les plus intéressantes.

Les vestiges d'un temple hellénistique composé d'un porche (pronaos) avec une rangée de colonnes et d'une cella équipée de trois entrées, possède également le long de son mur oriental une table de marbre pour les offrandes et des restes de feu parmi des pierres au centre. Les trouvailles les plus intéressantes sont la tête en marbre d'Hélios et la tête de marbre d'une fille.

Notons aussi la tour Pyrgoudia et le canal creusé au temps de Périclès dans l'isthme du mont Athos. Il a été commandé par Xerxès.