Akanthos

 

Colonie de la ville d'Andros, construite vers 650 av. J.-C., c’était une des colonies les plus grandes et les plus riches de Halkidiki et le port le plus puissant de la région avec sa propre unité monétaire (une des plus belles de son temps). Ses habitants ont joint leurs forces avec l'armée perse, puis athénienne et enfin spartiates. Les Romains ont pillé la ville en 199 av. J.-C., l’ont divisée en plus petites propriétés et l’ont donnée aux légionnaires. À un certain moment les Romains étaient les seuls habitants de la région et ont appelé la ville Ericius (Erissos) avant de devenu plus tard Ierissos. L’ancienne ville d’Akanthos était construite sur les collines et couvrait une superficie de 140 acres. Les ruines visibles par les visiteurs sont les restes de murs et de maisons de la ville. Un bâtiment public avec deux puits aux ouvertures de marbre a été fouillé au milieu du site. Les fouilles dans la région ont commencé au cimetière de la ville, sous le village actuel d’Ierissos. Plus de 9.000 tombes de l'époque hellénistique et de l'époque classique ont été fouillées. La plupart des découvertes sont exposées au musée archéologique de Polygyros.

 

L’Akanthos antique s’étendait sur trois collines de la montagne Stratoniko, sur une superficie de 560 hectares, environ 600m au sud-est du site d’Ierissos. Une fouille systématique n'a pas encore été réalisée. Certains voyageurs du siècle passé mentionnent l'existence d'un ancien quai dans le port de la ville. En effet, des preuves évidentes de la ville partent de la plage d’Ierissos où les ruines d'une plate-forme de l'ancien port sont préservées. Les murs de l'Acropole sont les ruines conservées les plus importantes avec une hauteur allant jusqu’à 8m. Des blocs de remploi subsistent dans la petite chapelle byzantine du kastro médiéval. Les ruines visibles de nos jours sont principalement des parties de la fortification de la ville, les vestiges des murs, une impressionnante partie de l'acropole, des parties architecturales dispersées et des ruines de structures de la période hellénistique, des bâtiments publics, des maisons et les fondations d'un temple probablement dédié à la déesse Athéna au sommet de la colline.

Une balade sur le site est agréable surtout au printemps lorsqu’il est verdoyant. En montant face à l’entrée du site archéologique vous verrez la route pavée byzantine avec une maison et une cour intérieure entourée de chambres, construite à la fin du IVe siècle av. J.-C. / début du IIIe siècle puis détruite au IIe siècle av. J.-C. Suivant sa structure, il semblerait qu’elle était totalement privée. En continuant votre promenade vous descendez de la première colline où se trouve une église byzantine probablement du Xe siècle et construite à partir de matériaux d’un ancien bâtiment détruit par un tremblement de terre. Des poteries de l'âge du Fer ont été découvertes autour d'elle. Marchez vers la deuxième colline et vous verrez sur votre gauche une partie des murs puis descendez vers la troisième colline. Au sommet se trouvent les fondations d'un temple antique hekatompedon (long de 30,48m) où les fouilles ont permis de découvrir quelques objets. La vue y est exceptionnelle.

Les fouilles dans la nécropole (partie côtière d’Ierissos) ont commencé en 1973 et 600 tombes ont déjà été découvertes. Le cimetière a été utilisé de la période archaïque à l'époque romaine avec probablement quelques interruptions jusqu'au XVIIe siècle av. J.-C. Les tombes sont au moins sur deux ou trois couches superposées, généralement parallèle à la côte. Selon les coutumes anciennes connues, les enfants et les adultes ont été enterrés au même endroit. Il existe plusieurs types de tombes comme de simples fosses couverte d’argile, rectangulaires avec urnes d'argile ou en relief ou la peintes, en forme de boîte et tombes aux toits de tuiles. Certaines sépultures dans des bocaux ou des récipients plus petits sont également enregistrés, généralement des tombes d’enfants et de bébés. Les offrandes funéraires sont d'une grande variété et la plupart d'entre elles sont des vases d'argile. Beaucoup d’offrandes funéraires étaient la propriété privée du mort ou étaient pertinents à sa profession / métier. Parmi elles nous avons des bijoux, épingles, broches, miroirs, étrilles, aiguilles, crochets, couteaux, etc. L'existence d'armes était probablement rare. Des figurines d'argile en forme de dieux, humains, animaux sont souvent trouvées dans les tombes des femmes et surtout des enfants. Des coutumes funéraires similaires (tombeaux et objets) sont trouvées dans les cimetières des autres villes de Macédoine et de Thrace. Les influences, contacts culturels et échanges commerciaux avec différentes autres régions de langue grecque sont évidentes. Les ateliers d’Akanthos où furent construites les amphores pour le transport du célèbre vin "akanthio" étaient situés entre l'ancien cimetière et la ville.

Historique : Ancienne ville et le port les plus importants de Chalkidiki, Akanthos est précisé comme colonie d'Andros par Stravonas et Thucydide. Selon Eusèbe et certaines données archéologiques, elle a probablement été fondée en 655 av. J.-C. à l’endroit d'un emplacement préhistorique et il est généralement admis qu'elle a été fondée au milieu du VIIe siècle par des colons ioniennes d’Andros ou d'Andros et de Halkida, en même temps que la fondation de trois autres colonies connues dans la région : Sani (Nea Roda), Stagira et la plus ancienne colonie grecque dans la région de Strymon, appelée Argilos et située un peu plus au nord. Son économie est basée sur ses richesses minières et forestières ainsi que ses produits agricoles et d'élevage qui transitaient par son port. Hérodote indique qu’en 490 av. J.-C. la ville se rendit aux Perses de Mardoni. En 480 av. J.-C., durant la campagne suivante des Perses, Xerxès passa par là et la ville fut obligée d’accommoder son immense armée, ce qui implique probablement le désastre économique presque complet d’Akanthos. Les habitants furent également forcés de travailler à l'ouverture du Canal de Xerxès pour le passage de ses flottes. Après les guerres médiques, la ville chassa les Perses et devint subordonnée aux gagnants, les Athéniens. Xénophon affirme dans son Grec qu’en 424 av. J.-C. Akanthos est passée au général spartiate Vrasidas et est restée un allié des Spartiates jusqu'à la fin de la guerre du Péloponnèse. Au début du IVe siècle, il s'est opposé à Olynthos et donc à la Confédération Olympique. En 348 av. J.-C., les Macédoniens dirigés par Philippe II ont conquis toutes les villes de la Halkidiki et les ont tenues sous leur commandement jusqu'en 200 av. J.-C. Ensuite Akanthos a été complètement détruit par Attale I le Soter et ses alliés romains pendant la guerre contre le roi de Macédoine Philippe V. L’historien romain Titos Livios mentionne que la flotte et armée unie d'Attale et les Romains ont conquis et pillé la ville. En 168 av. J.-C., après la bataille de Pynda, elle est devenue une propriété romaine jusqu'à la période byzantine. Ierissos est un lieu de martyrs sous la domination turque. La ville était célèbre pour son vin et son sel. Détruite par le séisme de 1932, la ville prolonge l'Ierissos moderne (petit port) et est actuellement fouillée.

Monnaie : Les pièces de monnaie frappées par la ville sont un ajout important à son histoire. Elles sont considérées parmi les plus anciennes et les plus élégantes pièces grecques de l'époque antique. Akanthos frappa des pièces pour la première fois en 530 av. J.-C. sur le modèle du système monétaire d’Eubée. Ses pièces de 4 drachmes portent la représentation du lion tueur, un lion dévorant un boeuf. Sur la même pièce, l'inscription « AKANTHION » a été ajoutée plus tard à l'arrière avec quelques symboles (fleurs d'acanthe, etc.) Sur d'autres pièces de quatre drachmes, le lion dévore un sanglier, probablement frappées à Stagira dont le port était appelé Kapros. Les drachmes d’Akanthos illustrent un sanglier à genoux, tournant la tête vers l'arrière. Les pièces de quatre oboles présentent également un lion ou un taureau. Les pièces de deux oboles présentent la tête d'Athéna. Les pièces d'une obole présentent une tête de lion. Toutes ces pièces sont en argent. Après 424 av. J.-C., lorsqu’Akanthos a rejoint les Spartiates, il a commencé à frapper des pièces d'argent selon le modèle monétaire phénicien. Elles présentaient également un lion dévorant un taureau, alors que le côté opposé porte l'inscription "AKANTHION" et le nom de chaque gouverneur. Les pièces de quatre drachmes, quatre oboles et trois oboles ont un taureau sur leur face. Les pièces de deux oboles illustrent le casque Athéna avec l'inscription "AKAN". Celles-ci ont été frappées jusqu'en 400 av. J.-C.

A 1 km au nord-ouest nous avons la tour de Koutsaki et à 5 km sur la route pour Stratoni celle de Kokkinolaka.