Levadia

 

(c) www.grecomania.net

 

Notons les nombreux ruisseaux parcourant la ville et les petits ponts turcs qui les enjambent, le torrent de l'Hercyna et le fort. La construction du château a commencé au XIIIe siècle mais la plupart des vestiges visibles datent de l'occupation catalane de la ville de 1309 à 1380 qui en ont fait leur repère. Elle a été capturée par les Turcs en 1458 et est restée sous leur commandement jusqu'à la libération de Levadeia. La petite église à l'intérieur du château était beaucoup plus tardive, construit sur l'emplacement d'un temple antique de Zeus Trofonios (ancienne Lébadée), lieu de l’oracle, et les source de Léthé (oubli) et de Mnémosyne (mémoire). Près des sources : petit pont en pierre tout bossu. Notons encore les moulins à eau et les petites cascades et un quartier de vieilles maisons de bois de l'époque ottomane dont certaines sur l'une et l'autre rive ont été restaurées. Comme souvenirs vous pouvez achater des couvertures bariolées tissées à la main.

 

La ville antique s'étendait au sud de la ville actuelle sur la rive droite de l'Hercyna, une gorge comprise entre le mont Agios Ilias (couronné par la forteresse médiévale à l'Ouest) et le mont Laphystion. Un vieux pont turc enjambe la rivière juste en dessous des sources de Trophônios. Sur la rive gauche du torrent dévalant la gorge, la source Krya (froide), dont les eaux sont recueillies dans un réservoir, passe pour être Mnémosyné, la source de la Mémoire citée par Pausanias. On sait cependant que son cours a changé au XIXe s. La falaise près de la source est creusée de niches votives et d'une chambre avec banquettes pouvant correspondre au sanctuaire du Bon Génie et de la Bonne Fortune. Non loin de là jaillit une autre source, la source de l'oubli, d'où sourdait le Léthé.

Le sanctuaire de Zeus et l'oracle de Trophônios étaient localisés sur le mont Agios Ilias. Du premier, il ne subsiste que quelques fondations au sommet. Du second, on a retrouvé de pauvres vestiges, datant du IIIe s. av. J.-C., d'un bâtiment souterrain ayant abrité l'oracle.

La forteresse franque qui se dresse sur la colline est composée de trois enceintes s'étageant sur un versant du mont Agios Ilias. On remarquera que la première enceinte était défendue par un gros bastion extérieur, sans doute une addition postérieure à la forteresse originelle. Du côté de la gorge, le premier mur se termine par une énorme tour et, à l'autre extrémité, par une grosse tour carré. La deuxième enceinte, renforcée par trois tours, était, comme la précédente, défendue par une barbacane où se trouve percée la porte donnant accès au réduit.