Glas

 

Glas est une basse éminence rocheuse (ancien îlot) se levant de la plaine environnante apparue après le drainage du lac Kopais (comme ce fut déjà le cas entre 2000 et 1300 av. J.-C.). Sur la colline, des traces d'occupation lors des époques néolithique, hellénistique et byzantine ont été trouvées. Lors de la révolution grecque de 1821 contre l'occupation turque, la colline servit de refuge aux personnes des environs qui y ont construit une petite chapelle. Les monuments existants datent de la période mycénienne où Glas a été développée et utilisée comme centre de commandement mycénien de la plaine fertile irriguée. La Glas mycénienne a été détruite par le feu et abandonnée en 1200 av. J.-C., laissant le lac reprendre possession des lieux. Dès 1893, le site de Glas est découvert et fouillé comme un prétendu « palais ». Des fouilles systématiques eurent lieux dès 1955. Les monuments les plus importants sont :

Les imposants murs cyclopéens construits pour servir de fortification lors de la période mycénienne sont préservés dans leur longueur totale de 3km tout autour de l'ancienne île et pour une largeur de 5,40 à 5,80m. La hauteur actuelle va de 2 à 6m. Il a 4 portes dont celle au sud paraît centrale. Elle était de taille à abriter les populations de la plaine mais aussi leurs troupeaux. La porte principale, au Sud, était accessible par une voie dégagée sur une centaine de mètres. Cette porte, à couloir oblique, était flanquée de deux hautes tours. La citadelle, constituant le plus grand site connu de cette période, abrite les ruines d'une résidence royale élevée vers le XVIe s. av. J.-C.

Le « palais », le bâtiment le plus important de la colline, est en partie incorporé dans la fortification. Réduit aux fondations, il est composé de deux ailes étroites (au nord et à l'est) se joignant à angle droit et s'ouvrant sur une cour intérieure. Une aile fut bâtie sur le rempart et l'autre sur une terrasse. Les deux ailes sont semblables avec un mégaron (pièces de réception) à l'extrémité libre et une rangée de petites salles reliées par un double couloir (appartements privés). Ce palais devait comporter deux étages, le second étant en brique cuite, et a été orné de fresques. On ne le considère pas comme la résidence d'un roi (« anax ») mais de deux fonctionnaires apparemment égaux entre eux.

Au centre de l'acropole se trouvent également les vestiges d'un ensemble clos constituant le premier exemple, dans la Grèce mycénienne, d'un lieu public semblable à une agora. Cette cour, où s'élevaient deux groupes de bâtiments, était reliée à la porte principale de l'enceinte urbaine par une rue partant d'une porte flanquée de deux tours carrées.