Dafni

 

Le monastère byzantin de Dafni, situé à 10 km à l'ouest d'Athènes au bord de la nationale menant à Corinthe, presque à mi-chemin sur l’antique voie sacrée menant à Eleusis sur le site même d'un ancien sanctuaire dédié à Apollon, au croisement avec l'avenue Athinon ou Kavalas, est intéressant pour les amateurs d'art. C'est le monument byzantin le plus important de la capitale grecque et de ses environs. Le premier monastère consacrée à la Dormition de la Vierge a été érigé à cet endroit au VIème siècle et était protégé par de puissants murs défensifs dont subsiste encore une partie significative. Le catholicon était une basilique à trois ailes située au centre de la cour. Des bâtiments à deux étages abritaient les cellules des moines tandis qu’un autre était destiné à la salle de réception. La seconde phase, datée de la fin du XIème siècle (vers 1080) et transformé en 1207 par les moines cisterciens de Belleveaux après le mis à sac par les croisés en 1205 ainsi qu’en 1458 par les moines orthodoxes, est celle visible aujourd’hui. Le catholicon bâti au XIe siècle et consacré à la Dormition de la Vierge est une église cruciforme, de type octogonal, surmontée d’un large et haut dôme reposant sur des trompes. L'appareil avec ses blocs disposés en croix et faisant socle jusqu'à l'appui des fenêtres triples bordées d'arcatures de briques (ou arcs en tiers-point), est tout à fait caractéristique de l'architecture religieuse grecque au Moyen Age. Le narthex était un portique ouvert créé avec les colonnes ioniques du temple antique d'Apollon. L'exonarthex a été construit au début du XIIème siècle tandis que la chapelle à l'ouest a été rajoutée au XVIIIème siècle avant d’être transformé en réservoir lors du soulèvement grec. Le porche aux trois arches de la façade occidentale du narthex a été ajouté au XIIIème siècle par les moines francs et témoigne d’une certaine influence occidentale. En même temps, un second niveau a été construit au-dessus du narthex et de l'exonarthex, accessibles par un escalier en colimaçon situé dans une tour carrée au mur nord. Il a probablement été utilisé comme résidence de l'abbé ou comme bibliothèque. Les murs de l'église sont construits en maçonnerie simple avec de pauvres jeux de brique limités aux fenêtres. Sous le narthex se trouve une crypte non ouverte au public. L'intérieur de l'église est décoré de belles mosaïques datant de la fin du XIème siècle, exemple unique de la fin de l'idéalisme classique de l'art byzantin moyen, relatant des scènes de la vie du Christ et de la Vierge. Sur de vastes fonds d'or, les figures, d'une rare élégance dans leurs drapés de vêtements, témoignent d'une connaissance approfondie du vocabulaire antique. On voit dans cet ensemble en grande partie conservé une réalisation d'artistes provenant d'un atelier de Constantinople. La partie inférieure des murs a été habillée de belles galettes de marbre, remplacées vers 1650 par des fresques de qualité médiocre. Au nord de l'église se trouve le réfectoire, un bâtiment rectangulaire oblong également décoré de fresques. Pendant la révolution grecque le monastère a été utilisé comme garnison avant d’être arrangé par les troupes bavaroises en 1838-39 et utilisé comme asile de fous en 1883-85. Il a été fortement endommagé par les tremblements de terre de 1889 et 1897. Après ces dommages, l'église a été restaurée par la société archéologique grecque et les mosaïques ont été nettoyées et consolidées par une équipe d'artisans italiens. Le bâtiment a alors été maintenu avec du fer, le côté nord étayé, le côté occidental du narthex et le dôme entièrement reconstruits. En 1955-57, le département de restaurations du ministère de la culture a procédé à d'autres restaurations sur l'église, le cloître gothique adossé à l'église et les mosaïques. Le monastère est construit sur le site du sanctuaire antique d'Apollo Daphnaios (d'où le nom de Dafni) détruit lors de l'invasion des Goths en 395. Notons les vestiges de mosaïques du temple de Daphnéos ou Apollon Daphnéos (IIe) sous l'église byzantine. Seulement une colonne ionique du temple est toujours existante dans le vestibule du narthex alors que d’autres vestiges ont été enlevés par Elgin au XIXème siècle. C'est probablement au début du Ve s. qu'à son emplacement fut construit un premier monastère. Peut-être servait-il alors à détourner des anciens cultes les quelques païens qui s'obstinaient à parcourir la Voie Sacrée jusqu'au sanctuaire de Déméter. Des fouilles ont été effectuées dès 1892 et au cours des restaurations en 1955-57, des fossés ont été creusés à différents endroits du site dont particulièrement à la chapelle. Dans un petit cloître sont relégués les tombeaux fleurdelisés. Ce sont ceux des ducs francs qui régnèrent sur Athènes, dont ce petit monastère était la nécropole.

À environ 100m se trouve le cimetière du monastère et la chapelle d'Agios Nikolaos construite au Ixème siècle. Sous l’église se trouve une crypte contenant des ossuaires le long des deux côtés.

On peut s'y rendre en prenant le bus Al6 de la place Eleftherias (nord de Monastiraki) et descendant à l'arrêt Venizini, juste devant le site. En dehors des heures de pointe, le trajet dure environ 30 minutes. Ne prenez pas les bus à destination de Daphni qui partent de la place Syntagma car ils aboutissent à un faubourg du même nom au sud-ouest de la capitale.