Les musées :

 

Musée national d'archéologie

(rue Tossitsa 1, Patission)

Le musée est localisé dans un bâtiment du XIXe siècle (1860) dessiné par Lange & Ziller, aux propylées de style ioniques.

Art des temps Préhistoriques jusqu'en 1100 av. J.-C. : Comprend quatre collections préhistoriques: de Thessalie (principalement de la céramique et des idoles en terre cuite), des Cyclades (principalement des idoles en marbre et des vases), de Théra (principalement des fresques) et la collection mycénienne (trésors des tombes royales, coupes de Vaphio, stèles funéraires, fresques, céramique, armes, petits objets, etc).

Art des temps historiques : La sculpture et la céramique tiennent une place prépondérante, mais on trouve également différents objets d'arts mineurs, des bijoux, des monnaies, etc. Les œuvres originales voisinent avec des copies hellénistiques ou romaines d'œuvres en grande partie de l'époque classique.

Céramique : Vases des époques géométrique ancien et géométrique ainsi que des vases corinthiens et attiques à figures noires, des vases attiques à figures rouges et des poteries à fond blanc.

Sculpture (œuvres originales) : statues « dédaliques », série de «kouros » archaïques, «korés» archaïques (une série plus complète est exposée au Musée de l'Acropole), statues d'hommes en bronze de l'époque classique, statues de femmes (en bronze et en marbre) de l'époque classique, sculptures hellénistiques et romaines (d'hommes et de femmes). Portraits des époques classique, hellénistique et romaine. Bas-reliefs architectoniques, stèles funéraires (attiques, des îles et de différentes régions de Grèce). Sarcophages.

Arts Mineurs - Objets en Metal : La collection Karapanou constitue le noyau de la collection d'objets en bronze. Celle-ci comprend des idoles, des armes, des trépieds, des miroirs et des éléments décoratifs tels que petits chevaux, griffons, petites idoles, etc.

Bijoux : Les pièces les plus rares et les plus belles sont celles de la collection d'Hélène Stathatos (colliers, bracelets, boucles d'oreilles, broches, diadèmes, couronnes mortuaires, etc).

Le Musée National abrite également deux collections intéressantes: la Collection Numismatique et la collection Epigraphique. Ces collections ne sont ouvertes au public que les jours ouvrables (de 08h.00-14.00 en hiver et de 07.00-13.30 en été. En hiver, le Musée Numismatique est ouvert jousqu'à 14.30). Des moulages et des copies d'œuvres exposées dans différents musées de Grèce sont en vente dans une salle d'exposition du Musée.

Le bâtiment du musée fut édifié à partir de 1866 sur un terrain donné par Hélène Tositsa. En 1874, l'Etat grec prit en charge l'achèvement de l'aile ouest et la même année, les antiquités, autrefois abritées à l'Héphaïstéion (connu alors sous le nom de Théséion), au Valvakéion et dans le portique d'Hadrien, furent installées dans les nouveaux locaux qui prirent le nom de Musée archéologique national en 1888. Les travaux de construction se poursuivirent jusqu'en 1889, le projet initial étant remanié pour la façade et l'aile est par l'architecte Ernst Ziller qui enrichit ainsi la capitale d'un nouvel édifice néo-classique. En 1891, toutes les antiquités qui se trouvaient dispersées dans divers bâtiments d'Athènes y furent transférées. Une aile nouvelle fut construite entre 1925 et 1939.

 

Musée de l'Acropole

Il renferme principalement des sculptures et des bas-reliefs trouvés sur l'Acropole. Il s'agit surtout de fragments des oeuvres sculptées qui décoraient les différents édifices ou d'ex-voto dédiés à Athéna. Parmi ces derniers, on remarquera tout particulièrement une série de statues de femmes d'époque archaïque : les "Corés" au célèbre "sourire archaïque" comme la Coré de Lyon, la Coré de Naxos, la Coré de Chio, la Coré au "peplos", la Coré d'Anténoros, la Coré d'Euthydique, etc. Parmi les autres sculptures votives, on ne manquera pas d'admirer le «Moschophore», statue d'un sacrificateur portant un veau, le cavalier de Rampin, un chien de chasse, l'"enfant de Kritios", la tête de l'"éphèbe blond". Il y a également des sphinx, des quadriges et de nombreux bas-reliefs votifs, comme le bas-relief de Lenormant et l'Athéna songeuse. Parmi les sculptures architecturales, on peut voir des frontons qui décoraient différents édifices de l'Acropole au VIe siècle et représentent des lions dévorant un veau, Héraclès luttant contre le Triton sous les yeux d'un monstre à trois corps, le combat d'Héraclès contre l'Hydre de Lerne, l'Apothéose d'Héraclès, etc. On notera particulièrement les quatre figures en haut-relief (d'Athéna et des Géants), fragment de la Bataille des Géants, qui décorait le fronton oriental du temple des Pisistratides. On remarquera aussi quelques fragments des frontons et de la frise du Parthénon, de la frise de l'Erechthéion, ainsi que du parapet en marbre du temple d'Athéna Niki. Le fragment de la frise du Parthénon qui représente Apollon, Artémis et Poséidon, oeuvre attribuée à Agoracritos, l'élève de Phidias, ainsi que la Victoire détachant sa sandale (parapet du temple d'Athéna Niki) sont particulièrement beaux.

 

Musée archéologique de l'Ancienne Agora

Le musée archéologique de l'Ancienne Agora (Stoa Attalou, au sud de l'Acropole, 24, rue Adrianou, place Thissiou) abrite des inscriptions, des statues, des bas-reliefs, des fragments architectoniques des temples d'Héphaistos et d'Arès, des centaines de vases et de monnaies, d'objets en bronze, de bijoux, etc. Parmi les pièces les plus intéressantes, on remarquera les étalons des poids et mesures des anciens Athéniens, une clepsydre en terre cuite, un fragment de l'"urne des suffrages" (clérotérion) servant à l'élection des dignitaires athéniens, un bouclier de bronze pris aux Spartiates lors de la bataille de Sphactérie, des "ostraka" (tessons utilisés pour les votes d'ostracisme) portant les noms d'Athéniens célèbres (Aristide le Juste, Callixénos, etc), une inscription se rapportant au décret promulgué en 336 av. J.-C. contre la tyrannie, etc.

 

Musée du Céramique

Le musée du Céramique (entrée par le 148 de la rue Ermou) renferme de très belles pièces provenant de l'ancien cimetière, particulièrement des stèles funéraires et une importante collection de vases.

 

Musée byzantin

Le musée byzantin (Léoforos Vassilissis Sophias 22) renferme des collections d'art paléochrétien, byzantin et post byzantin, et plus particulièrement une riche collection de sculptures provenant de différentes églises dont des fragments architectoniques, de grandes plaques de marbre sculpté, un groupe funéraire d'Orphée décorées d'animaux entrelacés et la plaque avec les trois apôtres provenant de Thessaloniki (Iconostase), une riche collection d'icônes (portatives ou éléments d'iconostases), une mosaïque de la Vierge Glykofiloussa de Vithynia, une icône très rare de Saint Georges en bois sculpté provenant de Kastoria des icônes crétoises post byzantines, des icônes des peintres naïfs du XVIIIe siècle, une collection d'objets d'arts mineurs (manuscrits, objets de culte, vêtements sacerdotaux, bijoux, etc), une collection de fresques provenant d'églises détruites d'Attique et des Îles et une collection d'inscriptions et d'étoffes coptes.

Dans la cour du Musée, on peut voir une fontaine exécutée d'après un modèle représenté sur une mosaïque de Dafni. Une des salles du musée a été aménagée en petite basilique à trois nefs, une seconde en église en forme de croix grecque avec coupole et une troisième en église post byzantine. Le noyau central du musée est constitué par la villa Ilissia (1848), de style néo-renaissance selon les plans de Kleanthis ou Ch. Hansen.

 

Musée Benaki (et la Bibliothèque)

Le musée Benaki (et la bibliothèque) (angle de l'avenue Vass. Sofias et de la rue Koumbari) renfermait à l'origine les collections personnelles d'Antoine Bénaki, auxquelles vinrent s'ajouter d'autres collections privées. On peut y voir des oeuvres d'art grec datant des temps préhistoriques à une époque assez récente, des oeuvres d'art populaire grec, avec, en parallèle, quelques échantillons d'oeuvres étrangères, des documents et des reliques historiques, des oeuvres d'artistes romantiques étrangers ayant pour sujet la Grèce (aquarelles, lithographies, etc.) et des collections de petits objets d'art et d'objets ménagers provenant de la Méditerranée orientale et de l'Orient (céramiques d'Asie Mineure, céramique musulmane, poterie chinoise, etc). Les broderies et les bois sculptés grecs sont particulièrement remarquables, ainsi que les étoffes musulmanes et coptes. Une des salles du musée, lambrissée de bois sculpté, a été aménagée en salon de réception de Kozani.

Le musée est localisé dans un bâtiment néoclassique (1910-1931) dessiné par Metaxas.

 

Musée d'Art Populaire Grec

Le musée d'Art Populaire Grec (rue Kidathineon 17 à Plaka) renferme des spécimens d'art grec traditionnel dont les racines remontent jusqu'à l'époque byzantine: saints-suaires brodés, habits sacerdotaux, croix sculptées, couvertures d'évangiles, bijoux, sceaux en bois gravé pour le pain bénit, cuillères sculptées, broderies grecques, peintures d'artistes naïfs, etc.

 

Musée d'Histoire et d'Ethnologie

Le musée d'Histoire et d'Ethnologie (Paléa Vouli (Ancienne Chambre des Députés), rue Stadiou, place Kolokotroni) : Situé dans un bâtiment néoclassique (1858-71) dessiné par Fr. Boulanger et revu par Kalkas, il contient une collection de portraits des combattants de la Révolution de 1821, des armes et des reliques de la guerre pour l'Indépendance (1821-28), le casque et l'épée de Lord Byron, des drapeaux, des documents historiques, etc.

 

Musée de la Guerre

Le musée de la Guerre (angle des rues Vassilissis Sofias et Rizari) renferme des armes de différentes époques, des uniformes, des drapeaux militaires, des décorations, des maquettes de bateaux, des avions, etc.

 

Pinacothèque nationale ou Musée Alex. Soutsou

La Pinacothèque nationale ou Musée Alex. Soutsou (av. Vass. Konstandinou 50) ouvra ses portes au cours de l'année 1976. Il contient des oeuvres de peintres grecs des XIXe et XXe siècles (par ex. Lytras, Ghizis, Volonakis, lakovidis, etc) et quelques oeuvres représentatives de la peinture européenne. Il organise également des expositions d'artistes contemporains grecs et étrangers.

 

Musée de la Marine

Le musée de la Marine (Pirée : Akti Thémistocléous, Fréatyda - Trocadéro, Paléo Faliro) abrite des maquettes de bateaux grecs, de l'antiquité aux temps modernes, ainsi que des bustes, des uniformes et des reliques de combattants de la Révolution de 1821, des peintures représentant des batailles navales, etc.

 

Musée des Instruments de Musique Populaire Grecque

Le musée se situe au centre-ville d’Athènes, à côté de l’Agora Romaine (rue Diogenous 1-3 - place Aeridon, Plaka). Fondé en 1991, il comprend la collection Anoyanakis de 1.200 instruments musicaux populaires sélectionnés non seulement pour leur valeur esthétique et décorative, mais aussi pour des raisons d’intérêt ethnologique et musicologique. Le visiteur peut voir, entre autres, une série de tambourines, de flutes, de guitares et de mandolines, ainsi que de sonnettes et d’hachots, tous fabriqués à la main de manière traditionnelle. Les instruments exposés datent du XVIIIe siècle à nos jours. La collection est le résultat d’un effort de 40 ans accompli par Fivos Anoyanakis, spécialiste dans le domaine de l’ethnomusicologie. Le musée est hébergé dans la maison Lassanis, bâtiment néoclassique construit en 1982. Durant l’été, des récitals de musique traditionnelle sont organisés dans le jardin.

 

Musée d’art islamique Spatharion

Le musée d’art islamique Spatharion est un musée dédié au théâtre d’ombre. Il prit son nom du joueur réputé du théâtre d’ombre, Evghénios Spatharis. Fondé en 1991, le musée a ouvert ses portes au public en 1995, dans le quartier de Maroussi, au nord d’Athènes.

 

Le « Georgios Averof »

En général, les héros sont des hommes. Mais les Grecs comptent un bateau parmi leurs héros : le « Georgios Averof », un croiseur cuirassé de 10.000 tonnes construit en Italie en 1911 qui, durant sa jeunesse, a dominé la mer Egée et a contribué énormément à la création de l'Etat grec moderne. Le bateau et son premier capitaine, l’amiral Pavlos Kountouriotis, sont devenus une légende en Grèce, aux dimensions presque mythiques. C’est la raison pour laquelle, la marine grecque n’a pas démoli le bateau à la fin de sa vie, mais l’a transformé en musée. Il a pris son nom de Georgios Averof (1818-1899), un riche commerçant d’Alexandrie et bienfaiteur national ayant bâti plusieurs écoles et hôpitaux et contribué à la construction du stade Olympique. Après sa mort, la fondation gérant sa fortune a payé un tiers du prix total du nouveau navire prenant alors son nom. Le bateau repose aujourd’hui devant la statue de Kountouriotis, au quai de Faliro, une banlieue d’Athènes, et est très fréquenté par des écoles et des familles. A travers une exposition de documents et de photos, on peut suivre l’histoire du bateau qui est l’histoire de la nation grecque de la première moitié du XXe siècle.

Les objets et les photos exposés sont très intéressants mais ce navire de guerre de cent ans est impressionnant à lui seul. On peut y admirer ses canons britanniques (hypermodernes à l’époque), ses grands moteurs italiens et ses chaudières françaises. On peut également inspecter son intérieur, imaginer la vie à bord en visitant les cabines pour les officiers, les salles pour l’équipage, la cuisine et la petite chapelle. C’est un labyrinthe en acier où les enfants aiment bien se perdre.

 

Parmi les autres musées notons le musée Anthropologique (Ethnologique 47, rue Mikras Assias, Goudi), le musée Vorré (art grec et art populaire, rue Diadohou Konstandinou 4, Peania), le musée d'Art Byzantin (Loverdou, 58, rue Akadimias. Collection particulière), le musée Goulandri d'Histoire Naturelle (rue Levidou 13, Kifissia), le musée épigraphique (rue Tossitsa 1), le musée zoologique (Université d'Athènes, Cité Universitaire), le musée du Théâtre (Centre Culturel de la Mairie d'Athènes, rue Akadimias 50), la fondation Nikou-Petrou Goulandri, musée Goulandri d'Art Cycladique et Grec Ancien (rue Neofitou Douka 4), le musée des Saintes Icônes (archevêché, rue Filotheis 21), le musée Kanellopoulou (angle des rues Theorias et Panos, Plaka, collection particulière), la Collection Folklorique du Centre de Recherche et de Folklore Hellénique (av. Singrou 129), le musée numismatique d'Athènes (rue Tossitsa 1), le musée des Coquillages (rue Pindou 14, Moshato, collection particulière), le musée de la Ville d'Athènes (peintures et gravures, rue Paparigopoulou 7, place Klafthmonos dans un bâtiment néoclassique de 1833), le Centre Culturel de la Mairie d'Athènes (rue Akadimias 50), la Collections de la Bibliothèque Gennadios (rue Souidias 61), la Collection Naturelle de la Fondation Evgenidou (av. Singrou, Amfithea 387), le musée de la Poste (place Stadiou Panathinaïkou 5, rue Fokianou 2), le musée des Trains (rue Liossion 301), le musée archéologique du Pirée (rue Harilaou Trikoupi), la bibliothèque municipale du Pirée (Hôtel de Ville, 5e étage), la Pinacothèque Municipale du Pirée (Théatre Municipal), le musée des Archives Historiques du Pirée (Théâtre Municipal), le musée Panou Aravandinou (place Korai, Pirée), le musée de la gravure et des arts graphiques, le musée-Collection d'art de la Banque Nationale, le musée de l'histoire des costumes grecs du club du Lycéedes femmes grecques, le musée Ilias Lalaounis de la bijouterie, le musée national d'art contemporain (dans l'ancienne brasserie FIX), le musée juif de Grèce (il retrace l'histoire des juifs de Grèce, romaniotes (installés à l'époque byzantine) et séfarades (venus d'Espagne après leur expulsion en 1492 et au début du XVIe s.)), le musée Frissiras (peinture) et le musée Pierides d'ancien art chypriote. Mais nous trouvons aussi le centre d'étude de l'Acropole, la galerie nationale d'Athènes, la galerie de la municipalité d'Athènes et le centre d'étude de la poterie traditionelle. Notons aussi les collections archéologiques du métro dans les stations Panepistimio, Sindagma, Akropoli et Evanghelismo et la fondation de l'Hellénisme majeur (histoire et culture grecque).