RETHYMNO

Sur carte : B3

 

Evaluation : ***

Remarque : Même si d’autres villes ont aussi de jolis coins, c’est Rethymno qui reste ma préférée des grandes villes crétoises.

 

 

Rethymno est la capitale de la préfecture du même nom. Elle est située à 80 km à l‘est d’Iraklio et 60 km à l'ouest de Hania, le long de la côte nord. Elle est entourée à l’est d’une des plus grandes plages de sable de Crète, longue de 12 km, et à l’ouest d’un littoral rocheux qui s’échoue après 10 km sur une autre grande plage de sable longue de 10 km. Trosième plus grande ville de Crète, elle possède approximativement 20.000 habitants. C'est le centre administratif, commercial et de transmission de la préfecture. Plus que les autres villes de Crète, cette charmante cité a conservé les traces des époques vénitienne et turque probablement parce qu'elle ne fut pas aussi lourdement bombardée que Chania et Iraklion lors de la Seconde Guerre Mondiale. La vieille ville est parsemée de portes cochères et de fontaines décorées. Rethimnon a aussi préservé cinq de ses huit mosquées turques. Le port vénitien est encore une place animée de nos jours, bordé de magasins et de restaurants. Les Turcs ont construit un grand phare, mais les bâtiments bordant le port sont vénitiens comme le mur de soutient créant un port abrité.

 

Histoire de la ville

Elle est occupée depuis la fin de l’époque minoenne et avait le privilège de frapper sa propre monnaie. A la place de la ville contemporaine, devait se trouver la ville antique de Rithimna, peuplée lors de la période post-minoenne, fait qui semble confirmé par la découverte d'un tombeau du minoen tardif dans le voisinage de Mastabas. Rethymno est devenue une ville sous la domination vénitienne. Les Vénitiens avaient besoin d'un port intermédiaire pour leurs liaisons en bateau entre Iraklio et Hania et d'un centre administratif. Rethymno est ainsi devenue la troisième plus grande ville de Crète et un centre culturel important. Rethymno a été détruit en 1567 lorsque les pirates algériens l’ont conquis, volés et brûlés. Les Turcs les ont succédés en 1646.

 

A voir

Pour ce qui est intéressant à y voir, on a tout d’abord le petit port de pêche vénitien (***) avec son phare vénitien et certaines façades qui gardent des blasons des Seigneurs de la Sérénissime. Depuis 1300, il a été constamment modifié et reconstruit afin de le rendre plus sûr et permettre l’accès à un plus grand nombre de bateaux. En raison des courants régnants le long de la côte, il n'a jamais été entièrement réussi. Encore aujourd’hui il parvient à maintenir son caractère pittoresque tout comme la vieille ville (**) qui a été préservée en bon état avec ses monuments publics et privés, vénitiens, turcs et postérieurs.

 

Le fort « Fortezza » (***)

Il témoigne de la domination vénitienne. Il a été construit de 1573 à 1583 suivant les plans de l’ingénieur Pallavicini afin de défendre la ville et le port contre les pirates turcs. Il comporte quatre bastions et trois entrées tandis qu'au nord, sa conception est typique de l’époque avec trois tours de surveillance (saliens). A l’intérieur des remparts se trouvaient des casernes, dépôts, bâtiments publics et un hôpital militaire. Aujourd’hui, on y trouve les ruines du palais du gouverneur, de quelques citernes, d’une chapelle et d’une mosquée (d'Imbraem Chan) construite par les Turcs vers 1648 sur le site de l'ancienne église d'Agios Nikolaos (1583). Avec une longueur totale de 1400 m et un volume de 6000 m³, c'est une présence imposante au-dessus de la ville. Il se tient sur le site d'une première forteresse médiévale et de l'acropole antique de Rethymno. La vue sur la ville de Rethymno depuis la Fortezza est fascinante. La grande porte principale se trouve entre les bastions d'Agios Pavlos et d'Agios Nikolaos, ses protecteurs. La porte est un tunnel à travers la muraille, assez large et assez haut pour permettre le mouvement de troupes, wagons et artillerie. Le Magasin d'Artillerie est le premier bâtiment à votre droite, quand vous entrez dans la Fortezza. Le rez-de-chaussée, voûté, était utilisé pour entreposer les canons, tandis que les petites armes étaient emmagasinées au deuxième étage. Au-dessus de l'entrée du rez-de-chaussée se trouve un linteau arqué. Trois piliers ont soutenu le plancher en bois du premier étage. Des traces du système d'aqueduc peuvent y être vues. Il y avait plusieurs citernes dans le fort. Les toits plats recueillaient l'eau et les tuyaux la conduisaient dans les citernes. Un des meilleurs exemples de ce système est le Bastion d'Agios Ilias se trouvant au sud-est du fort, à gauche du Magasin d'Artillerie.

Après qu'une attaque turque détruisit la cathédrale de la ville, les Vénitiens décidèrent d'en construire une nouvelle, à l'intérieur de la Forteresse. Les Turcs la convertirent en mosquée, après qu'ils eurent pris Rethymno et lui donnèrent le nom de leur sultan. Le mihrab (niche à prière qui est pointée vers la Mecque) se trouve sur le mur est. Le bâtiment original était très grand, mais seulement une petite partie a survécu. La cathédrale a été fondée en 1583 et consacrée à Agios Nikolaos. C'est une grande salle carrée avec une coupole dont les seuls vestiges turcs sont la base du minaret et le mihrab.

Il reste deux des trois magasins (poudrières) situés dans des endroits isolés du fort. Les murs, très épais, étaient construits de manière à résister aux balles des canons et possédaient des trous de ventilation pour garder la poudre sèche. Les Vénitiens construisirent leurs dépôts près de la muraille nord, afin de les préserver des attaques. Ils étaient en sous-sols et au rez. Le passage de la grande porte est situé au milieu de ces dépôts. Les archéologues savent peu de choses au sujet de ces bâtiments. Le retranchement en ciment, sur le côté est, est daté de la Seconde Guerre Mondiale. Il mène à une chambre qu'occupaient les combattants de la Résistance Crétoise probablement exécutés par les Nazis.

Les Vénitiens de Rethymno n'avaient pas les fonds nécessaires pour compléter la Fortezza. Ils permirent alors la construction des maisons de la ville près des murailles, sans laisser de place pour un fossé. Ceci, ainsi que d'autres facteurs telle une épidémie de choléra dans le fort, permirent une victoire facile des envahisseurs turcs en 1645.

La résidence des conseillers constituée d'un rez-de-chaussée et d'un premier étage avec de grandes salles, était un bâtiment imposant ayant servi sous la turquocratie comme résidence officielle. Les palais de la Rennaissance italienne ont probablement servi de modèle pour sa construction.

La résidence des Recteurs était un imposant complexe aujourd'hui en ruine.

Un manoir constitué de deux bâtiments : le plus grand avec une salle unifiée couverte de voûtes et une addition plus petite. On le considère comme le manoir du pope vu la proximité de la cathédrale.

Il n'y a eu aucune fouille systématique du site. De temps en temps, quelques fouilles sont réalisées lors de la réparation des bâtiments. L'architecte D. Pikiones a achevé une étude pour un nouveau projet : la conversion de la fortezza en théâtre pour des représentations de jeux crétois médiévaux, du logement de touristes, etc. Aujourd'hui la municipalité de Rethymnon, en collaboration avec les services compétents, suggère une étude de restauration qui apportera au monument son plein avantage.

 

Située à la place vénitienne (angle formé par les odos Vernadou et de la Résitence Nationale), la mosquée Tis Nerandses est la plus grande mosquée de Rethymno. Achevée en 1657 par le Pasha turc Gazi Hussein, elle est une modification de l'église de Santa Maria et d'un monastère augustin. Le coeur est recouvert par 3 voûtes. L'extérieur est dominé par l'imposant minaret construit en 1890 et possédant 133 marches. C’est le plus grand minaret de Rethymno mais suite à son mauvais état, l'accès en est interdit. Ancienne église Sainte Marie et plus tard d'Agios Nikolaos, les murs est et nord de la mosquée sont les parties originales de l'église Sainte Marie, ainsi que son portail décoré avec ses colonnes corinthiennes et son entrée voûtée. Elle abrite aujourd'hui une école de musique (Odeon).

L’église de Saint Franciscus fait partie du monastère catholique de l’ordre franciscain. Située sur l’Odos Ethnikis Antistaseos, à côté de la mosquée, c’est une basilique vénitienne à nef unique, au toit de bois et possédant une entrée décorée d’une manière impressionnante. Certaines parties (plus particulièrement le sol, les fenêtres et la porte principale) sont plus anciennes. A côté de l'église se trouve l'entrée de l'école primaire turque devenue école primaire grecque. L'entrée de la porte à double arc est une réplique de l'entrée de la forteresse mais avec d'autres décorations en relief : de la vigne, des lions, des mosquées et un croissant de lune. L'autre porte de l'école (côté ouest) possède une inscription concernant l'école des filles fondée en 1796. Dans l'extrémité nord de la cour de l'école, il y a une tombe turque en très bon état d'un héros de la Bataille de Rethymno. De la cour de l'école, nous avions une belle vue sur la Mosquée de Neratze et son minaret. Dans la rue longeant la mosquée, nous pouvons admirer des maisons à l'architecture intéressante.

 

La mosquée de Kara Musa (au coin de la rue Arkadiou) est construite sur le site du monastère de Sainte Barbara. Les Turcs le convertirent en mosquée après la bataille de Rethymno et lui donnèrent le nom de leur commandant des forces navales. La mosquée a une forme carrée et le mihrab indique la direction de la Mecque. A l'intérieur se trouvent quelques pierres tombales turques et dans une niche de prière les restes d'une peinture ancienne. Il y a aussi un mausolée devant la mosquée, une très jolie fontaine turque de l’autre côté de la rue et une autre à l'intérieur en face de la mosquée. Elle se trouve dans le quartier de Mastabas et l’on pense qu’elle a été construite à l’emplacement de l'église vénitienne d'Agios Onoufrios. Les ruines du monastère turc l'entourant sont encore évidentes. La mosquée a quelques traits structuraux uniques, tels que l'entrée principale et son minaret.

 

La mosquée d'Ibrahim Han est le plus significatif des bâtiments ayant survécu, il avait été construit par les Vénitiens comme cathédrale.

 

Dans le parc municipal il y a un zoo. Les grands jardins municipaux sont idéaux pour ceux qui sont à la recherche d'ombre et de tranquillité.

 

Dans l’église moderne des Tésseron Martiron (4 Martyrs) sur la place principale du même nom, se trouvent les reliques de quatres martyrs très vénérés de l'époque de la domination turque. Officiellement, ceux-ci étaient convertis à l'islam mais ils restèrent en réalité des chrétiens pratiquants. Lorsqu'ils furent forcés de renier leur foi, ils refusèrent et furent pendus en 1824 par les Turcs aux platanes de l'actuelle place.

 

Un monastère turc a été construit autour de la mosquée Veli Pasha. Il en reste 13 pièces en enfilade (à l'est). L'entrée est de style toscan et le minaret date de 1789. Le bâtiment principal est couvert par 6 petites voûtes.

 

La vieille ville a été préservée en bon état avec ses monuments publics et privés, vénitiens, turcs et postérieures. La Porte de Guora est la seule restant de la muraille vénitienne. Bien qu'elle ne soit pas impressionnante, son nom était autrefois "la Grande Porte". De nos jours, elle est entourée des rues animées du marché. Le bâtiment de la préfecture (Nomarchia) a été construit après 1869 et est un bâtiment commémoratif de conception néo-classique.

La loggia vénitienne (XVIe siècle) est le monument de la Renaissance le plus caractéristique de Rethymno et le plus important rappel architectural de la domination vénitienne. Notez les deux gargouilles avec des faces humaines sur le mur ouest. Les trois murs visibles possèdent trois arcs égaux semi-circulaires. Sous la domination turque, la Loggia a été transformée en mosquée. Son minaret s'effondra en 1930.

 

Le hamam turc est situé odos Radamanthe et constitué de 2 grandes pièces couvertes par des voûtes en demi cercle.

 

L'église "Kyra ton Aggelon" (1609) est constituée de 3 nefs sans voûtes.

 

L'ancienne cathédrale catholique d'Agios Frankiskos, construite au XIIIème siècle, sert actuellement de salle d'exposition.

 

Le moderne édifice (1890) de l'église catholique St. Antoine se trouve sur la Platia Titou Petyxaki (Odos Mesolongiou et Salaminas). Elle a été bâtie pour la petite communauté catholique de Rethymno mais sert aussi aujourd'hui pour les touristes. L'édifice a une façade intéressante avec une grande fenêtre au-dessus du portail.

 

Monument commémoratif de Kostas Jambudakis

Situé Platia Tésseron Martiron, le monument et son arrière-plan constituent une expression visuelle de l'unique période historique qui ne laisse indifférent aucun Crétois: l'époque de la lutte d'indépendance contre les Turcs. Kostas Jambudakis est l'un des combattants les plus illustres de l'île dans cette lutte. En 1866, il fit exploser le cloître d'Arkadi avec des centaines de femmes et d'enfants crétois. Derrière le monument commémoratif s'érige le symbole de l'ennemi, un minaret.

 

Voici quelques jolies maisons vénitiennes.

Rue Arkadiou

48 : Cette maison possède une entrée élégante. Remarquez les chérubins et l'espace entre eux. L'entrée avait probablement une inscription.

50 : Cette petite résidence du XVIe siècle était peut-être la plus belle de Grèce, mais maintenant il est difficile d'apprécier sa façade anciennement belle.

64 : Cette maison a un élégant balcon, entouré d'un dragon ailé.

Angle rue Arkadiou et Vlastou : Cette maison a un caractère peu commun: Un balcon couvert en deux sections.

154 : Cette maison du XVIe siècle, est la plus grande maison vénitienne de Rethimno. La date au-dessus de la porte se réfère aux rénovations. La gouttière de bois sculpté est l'une de ses figures caractéristiques.

Rue Daskaloyannis

8 : L'entrée de cette maison est semblable à celle de la forteresse. Il y en eut plusieurs imitations à cette époque.

Rue Vafe : Un arc vénitien à travers la rue.

Rue Souliou : Elle fut jadis un important quartier commercial. Vous pouvez encore en voir les traces dans ses boutiques. L'on y fabriquait et l'on y vendait des chaussures, pendant la domination turque.

 

Musées

Côté musées, vous trouverez, entre autre, le musée archéologique (voir ci-dessous), le musée de la mer (odos Arambatzoglou) présentant différents animaux marins, le musée d'Art folklorique et la galerie du peintre Lefteris Kanakakis (odos Himarras) proposant également quelques sculptures.

Le musée archéologique est abrité dans une ancienne prison vénitienne près de l'entrée de la forteresse. On y retrouve des trouvailles régionales de la période néolithique jusque et y compris l'époque byzantine, parmi lesquelles aussi quelques oeuvres d'art de l'ancienne Egypte, trouvées en Crète.

Les objets exposés au musée d’histoire et des traditions populaires datent essentiellement des périodes vénitienne et turque. On y trouve aussi des costumes, du tissage et de la broderie.

 

Rethymno c’est encore d'autres minarets et mosquées, des églises, des ruelles étroites, des places aérées et des maisons à encorbellement de bois, des vestiges byzantins et hellenico-romains...

 

Idée de Promenade

Départ par l'odos Koundourioti séparant l'ancienne de la nouvelle ville. Passage par le parc municipal, la place des 4 martyrs, mosquée Veli Pasha, direction le port vénitien puis la loggia située au coin des odos Palaiologou et Arkadi. Continuer l'odos Palaiologou jusqu'à la Platia Pétychaki où se trouve la fontaine Rimondi. Au bout de la place, la rue de Thessalonique contient quelques façades de maisons vénitiennes. Direction du Hamam turc par l'odos Radamanthe puis l'église Kyra ton Aggelon et ensuite la forteresse et son musée archéologique.

 

Evénements culturels

Tout au long de l'année sont organisées diverses activités attirant une grande foule. Le festival de la renaissance est le point culminant des festivals culturels de la ville, tenant l’affiche pendant trois semaines avec une variété d'événements théâtraux, musicaux et cinématographiques, de la danse et des spectacles multimédias. Le festival de vin crétois est célébré dans le parc public et dure trois semaines au cœur de l'été avec beaucoup de musique populaire crétoise. Il attire des milliers de visiteurs. Le carnaval de Rethymno est un carnaval local tenu chaque année au début du printemps. Il a été rétabli ces dernières années et est considéré comme le meilleur carnaval de Crète. La fête de Klidonas est une célébration historique chaque mois de juin et elle met à jour une intéressante coutume qui consiste à brûler les guirlandes de fleur réalisées en mai. La célébration du festival des pêcheurs se déroule dans le port vénitien avec une distribution gratuite de poissons et de vin. Un autre festival est tenu le 7-8 novembre en mémoire de la destruction du monastère d'Arkadi.

 

PALAIOKASTRO

 

Les traces de taille observées dans la roche naturelle de Palaiokastro prouvent l’existence d’un sanctuaire sur cette colline. Il ne fait aucun doute que certains bâtiments et dépendances de ce sanctuaire furent détruits lors de la construction des murailles vénitiennes de Rethymno. D’ailleurs, le simple fait que les Vénitiens aient nommé cette colline «Palaiokastro» (= ancien château) montre qu’il y existait déjà un site fortifié et des vestiges du passé.