ANOGIA

Sur carte : C1

 

A cause de son isolement, le village situé à 54 km à l'Est de Rethymno et 36 à l'Ouest d'Iraklio a su garder ses coutumes locales, son habillement et ses dialectes. Cependant, cet important centre d'artisanat et d'industrie de fromage est maintenant devenu un arrêt populaire pour les touristes. Plusieurs ateliers sont ouverts au public et il est possible de voir tisser les étoffes sur de grands métiers dont les "mavra mandilla", les foulards noirs crétois. Un festival folklorique s'y tient tous les ans vers le 15 août (manifestations musicales avec concours de chants et de danses). Son histoire remonte loin comme l'indiquent les expressions doriques utilisées dans le dialecte local.

Les hommes de la région ont la réputation d'être de féroces combattants et Anogia prit part à toutes les luttes pour la libération de la Crète. Durant la Seconde Guerre Mondiale, c'était un important centre du mouvement de la résistance et il paya chèrement son implication. En 1944, les combattants de la résistance gardèrent le général allemand Von Kreipe prisonnier avant de le faire passer en Afrique. En mesure de représailles, les forces allemandes rasèrent tous les bâtiments, à l'exception de l'église, et tuèrent tous les hommes qu'ils purent trouver. La plus belle partie du village avec des ruelles et des maisons anciennes se situe en bas. L'église dédiée à Agios Ioannis (XIIe siècle) se trouve au-dessous de la place principale, près de la Mairie, et possède encore quelques fresques vénitienne bien que fort noircies. Le village donne accès au plateau de Neda où se trouve la seule station de ski de Crète.