PETRAS

Sur carte : E2

 

Sur une basse colline (40m) près de la mer et Sitia se trouve un important règlement minoen ayant eu un grand port. C'était le centre d'une région encadré à l'ouest par Chamaizi, au sud par Praisos et à l'est par Analoukas. Malgré une évidente habitation dès la fin du néolithique (3500 av. J.-C.), le premier site est daté à la période préminoenne II (2600-2300 av. J.-C.) et a continué à être habité jusqu'en 1450 av. J.-C. et sa destruction en même temps que les autres centres minoens. Une courte réoccupation eut lieu au postminoen III (1400-1300 av. J.-C.). La ville s'est épanouie lors de la période des anciens palais (2000-1650 av. J.-C.) avec la construction au sommet de la colline du bâtiment central au caractère somptueux. L'apogée remonte à la période des nouveaux palais (2000-1450 av. J.-C.) avec le changement de nombreux bâtiments. Aux XIIe-XIIIe siècle, le sommet de la colline a été occupé par un cimetière dont 32 tombes ont été fouillées. Les fouilles commencèrent en 1900. Les monuments les plus importants du site sont :

La ville ayant occupé la totalité de la colline et entourant un bâtiment central. Un mur cyclopéen avec trois tours a été découvert au pied de la colline. Les maisons étaient isolées, construites sur des terrasses, et accessible via des rues pavées dont une menait directement au bâtiment central. Les maisons possédaient des réserves et des ateliers au rez-de-chaussée alors que les pièces d'habitation étaient situées à l'étage supérieur. Deux maisons complètement fouillées datent de la nouvelle période de palais (1600-1450 av. J.-C.). La première a été abandonnée vers 1500 av. J.-C. et l'autre a été détruite un peu plus tard (1450 av. J.-C.) par un incendie. Les salles du rez-de-chaussée sont situées sur deux terrasses reliées au moyen d'un escalier en pierre. Sur la terrasse inférieure sont préservés deux réserves et deux cuisines où des vases sont tombés d'étagères fixées aux murs, et une salle avec un pressoir à vin et des pithoi pour stocker le vin. Sur la terrasse supérieure se trouvait un atelier avec les bassins en pierre et des cairns en pierre et, en sous-sol, un pithos contenant le corps d'un enfant en bas âge. Deux phases de construction sont distinguées. Lors de la première, une des salles du rez-de-chaussée a été utilisée comme salle de réception, avec une colonne centrale, le plancher couvert de plâtre, un foyer et des portes donnant sur d'autres salles. Plus tard elle a été convertie en atelier. Un morceau d'argile avec des signes manuscrits en linéaire A a été trouvé dans une des réserves.

Le somptueux bâtiment central couvre une superficie de 0,3 hectare et a été construit sur deux terrasses (plateau artificiel au sommet). Il est entouré par un mur de soutènement avec une tour comme un bastion. Un couloir orienté O-E est séparé de la cour centrale par une cloison de piliers et portes. Datant de la première période des nouveaux palais, il avait un plancher couvert de plâtre. Lors de la dernière période il a été agrandi et a été flanqué des salles à l'ouest, ayant probablement servi d'endroits de culte comme en témoignent une table de libation et des inscriptions en linéaire A trouvé in situ. La salle la plus remarquable est située au sud du couloir et possède des galettes en gypse. Du côté nord se trouvent douze salles oblongues donnant sur le couloir et, plus bas, se trouvent des magasins reliés à la cour centrale au moyen d'un escalier monumental recouvert de plâtre. Durant la dernière phase du bâtiment, il a également été encerclé. À l'ouest du bâtiment se trouvait un jardin.