MILATOS

Sur carte : D3

 

Ce village historique se trouve près de la côte nord de la Crète, à environ 11km au nord de Neapolis et 26km au nord-ouest d'Agios Nikolaos. C'est un village tranquille avec un dédale de rues révélant sa longue histoire. Quelques tombes minoennes et des ruines d'une ancienne cité grecque ont été déouvertes dans la région. Selon le mythe, les Crétois de Milatos construisirent la cité de Milatos en Asie Mineure. Selon Homère, dans l'Iliade, l'ancienne Milatos était une des sept cités de Crète qui envoyèrent des renforts à Troie. En mythologie, Milatos était un garçon élevé par une louve et qui, adolescent, a détruit le tyran local libérant le peuple de l'oppression. Plus tard, il tua le tyran de la ville et s'enfuit en Asie Mineure où il établit la ville de Milatos.

Milatos possède également une histoire plus récente. Près du village se trouve la grotte de Milatos à huit entrées avec de belles stalactites et stalagmites et ses 40m de long alors qu'elle couvre une superficie de 2100 m². C'est plutôt une série de grottes qu'une seule grotte. En 1823, l'armée turque y assiégea 3.600 hommes, femmes et enfants. Quinze jours plus tard, après avoir garanti leur sortie sauve, les Turcs tuèrent tous les hommes et vendirent les femmes et les enfants comme esclaves en Egypte. Plus tard, les os qui restèrent furent rassemblés pour en faire un monument en l'honneur des héros tombés à cet endroit. À côté des grottes vous noterez la petite église de st. Thomas construite en la mémoire des Crétois ayant été massacrés.

Milatos possède aussi un petit port de pêche et une plage de sable devant le village.

Nous y avons deux communautés, le Milatos de bord de mer, pittoresque petit village de pêcheurs, et le Milatos intérieur construit sur le site de la ville minoenne homonyme ayant existé jusqu'au IIIe siècle av. J.-C. et détruite par la ville ennemie de Littos.

A environ 2 km de Milatos part une piste vers la gauche et un moulin à vent en ruine. Elle amène au très pictural monastère abandonné d’Agios Georgios Vrahatsiotis. La belle église (fermée) du monastère possède un double bas-côté avec narthex. Le prêtre de Vrahatsi en possède la clé mais le retable en bois incurvé peu commun peut être vu par une fenêtre du clocher (meilleure vue) ou de la fenêtre arrière de l'église. Le prêtre de Vrahatsi peut également montrer aux visiteurs quelques icônes byzantines. Le grand clocher gothique d’un modèle peu commun possède une représentation d’Agios Georgios, un dragon et une inscription de 1558. Le monastère a été construit durant la seconde période byzantine pour être très probablement détruit par les Vénitiens et reconstruit en 1540. Une nouvelle fois détruit par les Turcs en 1770, il fut à nouveau reconstruit en 1860.