MALIA - MALIA

Sur carte : D2

 

Malia est une ville côtière localisée à 34 km à l'est d'Iraklio, à mi-chemin entre Iraklion et Agios Nikolaos, au bord de la baie portant le même nom. La municipalité de Malia inclut également le village de Krassi. La région de Malia est très riche grâce à sa terre fertile, ses sources d'eau d'excellente qualité et les deux dons du mont Selena localisé au sud de Malia que sont le site archéologique et la magnifique plage naturelle sablonneuse attirant des milliers de visiteurs chaque année. Le village est composé de deux parties : le vieux village avec quelques ruelles sympathiques et la nouvelle ville, une des plus populaires de Crète. Sa population croit en été, grossie par les personnes venant travailler dans l'industrie du tourisme offrant aux milliers de touristes un grand nombre de services. Son économie est principalement basée sur le tourisme et fournit tous les équipements qu'un visiteur peut souhaiter. Son petit port pittoresque sert principalement pour les pêcheurs locaux. La vieille ville est plus compacte avec des rues étroites pleines de tavernes, bars, magasins... et est habituellement encombrée, particulièrement la nuit.

Face à Malia, sur un îlot accessible à la nage par les bons nageurs, se trouve une église dédiée au Christ Seigneur.

A 3 km du village on trouve un palais dédale minoen situé au bord de la mer.

 

Histoire :

La région a été habitée depuis la période néolithique. Selon la tradition, le roi de la ville minoenne de Malia était Sarpidon, frère du légendaire Minos. Depuis lors Malia a toujours été habitée et a une longue histoire et tradition. Malia a toujours été un endroit riche en raison de sa position géographique et de sa terre fertile. On croit que son nom dérive du mot "Mali" signifiant richesse mais le plus probable est que son origine soit "omalia" signifiant des douceurs de la terre, commune à de nombreux endroits crétois. Lors de la domination vénitienne, Malia était un grand village avec 620 habitants en 1583 et était mentionné sur les cartes vénitiennes en tant que "vila di Malia". Sous la domination turque, elle a seulement 800 habitants chrétiens, mais les Turcs ont utilisé l'endroit comme base de leurs exécutions contre Mirabello.

 

Economie :

Les moulins à vent qui, dans le passé, pompaient l'eau sont aujourd'hui désertés et remplacés par des systèmes de pompage modernes actionnés à l’électricité. L'eau de Malia est considérée comme une des meilleures de Crète et il y a plusieurs sociétés qui la mettent en bouteille et la vendent sur les marchés crétois et étrangers. Bien que Malia soit une ville touristique populaire et que l'occupation principale des habitants soit associée au tourisme, il y a toujours une remarquable production agricole focalisé sur l'huile d'olive et l'horticulture. Le climat tempéré de la région soutient une culture en serre. Les bananes et les pommes de terre de Malia sont célèbre en Crète et une grande quantité en est produite chaque année. Malia est également un des derniers endroits où l'art de la poterie survit toujours. On y trouve plusieurs ateliers qui fabriquent des produits de n'importe quelle forme. Quelques moulins à vent font maintenant partie de la décoration des villas modernes

 

A voir :

En plus de la beauté de ses paysages et des équipements touristiques, Malia est bien connu pour ses découvertes archéologiques. Les fouilles du site archéologique situé l'est du village ont mis en évidence une importante ville minoenne muni d’un palais, de maisons, de rues et de tombeaux royaux.

 

Le palais :

Le palais, des maisons et le cimetière de Hryssolakos ont déjà été fouillés. Le site a été habité durant les périodes néolithique et minoenne récente (6000-2000 av J.-C.), mais il en reste très peu de trace. Une habitation continue eut lieu du milieu du 3ème millénaire av. J.-C. jusqu'à la fin de la préhistoire. Des traces d'un site prépalatial (2500-2000 av. J.-C.) ont été trouvées sous le palais alors que des tombes de la même période sont situées près de la mer. Le premier palais a été construit vers 2000-1900 av. J.-C. Le site significatif déjà existant autour du palais est alors converti en centre-ville somptueux. Le palais a été détruit vers 1700 av. J.-C. et reconstruit en 1650 av. J.-C. au même emplacement, sur le plan du palais plus ancien, alors que quelques changements eurent lieu 50 ans plus tard. La destruction du nouveau palais eut lieu en 1450 av. J.-C., en même temps que les autres somptueux centres minoens. Le site a été réoccupé une courte période au XIVe-XIIIe siècle av. J.-C. Une occupation romaine eut lieu à l'emplacement appelé « Marmara » où une basilique du VIe siècle est également préservée. L'amiral anglais Th. Spratt, ayant voyagé en Crète au milieu du XIXe siècle, mentionne des découvertes sur le site de « Helleniko Livadi». En 1915, une première fouille a été menée sur la colline appelée « Azymo », mettant à jour une partie du palais et des tombeaux près de la mer. Les fouilles reprises depuis sont encore en cours aujourd'hui. Les découvertes sont exposées au musée d'Irakleio et au musée d'Agios Nikolaos. Les bâtiments les plus importants du site sont :

Le palais dont la plus grande partie des vestiges appartiennent à la nouvelle période des palais. Seulement une partie du premier palais est préservée au N-O du bâtiment. Chaque côté du complexe possédait une entrée mais les principales étaient celles des ailes nord et sud. Le palais est articulé autour de la cour centrale orientée sur un axe nord-nord-est sud-sud-ouest. Elle possédait des portiques aux côtés nord et est, et un autel (puit) exactement en son centre, directement en vis-à-vis avec la crypte au pilier. Le portique était constitué d’une succession de colonnes et de piliers avec des trous entre chaque pilier indiquant probablement l’existence d'une balustrade. Le dispositif architectural de la cour est évident dans d'autres structures minoennes. L'accès se fait aujourd'hui par la cour pavée occidentale, dans la plus grande et la plus importante partie du palais. L'unique Kernos de Malia a été trouvé dans cette terrasse. On pense que la grande table circulaire avec ses 34 petits trous et un plus grand en son centre a été une table à offrandes utilisée dans des rituels religieux avec l’apport des premiers fruits de l’année. On suppose que le visiteur y était impliqué dans un rituel avant d'entrer dans formellement le palais.

L'aile occidentale avait deux étages composés d'appartements et de magasins.

Impressionnant est le hall s'ouvrant sur la cour. Cette grande antichambre permettait l'accès à la crypte au pilier située derrière elle. Les piliers ont été gravés de doubles haches comme à Knossos et, comme à Knossos et Festos, des réserves étaient situées derrière la crypte de pilier. Cette proximité indique un rapport entre le culte pratiqué et la production agricole.

Entre le hall et la crypte se trouve le grand escalier menant à l'étage supérieur. Une autre large volée d'escalier, probablement utilisée comme place théâtrale, est localisée près du célèbre « kernos » de Malia (cour centrale) et menait à la résidence officielle et aux salles de réception. Le couloir occidental est une allée processionnelle allant de l’entrée nord à l’entrée sud du palais, en passant par l'aile occidentale. Outre les salles destinées au culte, cette aile possédait également des magasins. De nombreux objets en rapport aux cérémonies ont été découverts dans cette partie du palais.

L'aile du sud possédait également deux étages comprenant les salles d'habitation et les salles des invités, un petit tombeau, et la monumentale entrée sud du palais menant directement à la cour centrale. Le visiteur minoen entrait probablement par ici. En plus de l’accès à la cour centrale, l’entrée donnait à gauche sur une antichambre menant à la terrasse pavée où se trouve le Kernos.

Une partie du complexe (en dehors du palais) est occupé par huit structures circulaires de l'ancien palais, utilisées pour le stockage du grain (silos).

L'aile est était presque totalement utilisée par des magasins à liquides où se trouvaient les pithoi (les grands jarres de stockage) et un système de canaux et de réceptacles pour rassembler des liquides. Ce système est le plus raffiné des palais minoens. Les archéologues ont placé une toiture au-dessus de ces réserves afin de protéger les vestiges. L’entrée est du palais, située dans le coin du sud-est, permettait un accès direct à la cour centrale mais aussi aux réserves via un couloir.

Derrière la stoa nord de la cour centrale, se trouve la « salle hypostyle » et son antichambre. Au-dessus de ces salles (étage supérieur) se trouvaient une salle de taille égale, interprété comme salle de banquet. À l'ouest de ces salles, un couloir pavé relie la cour centrale à la cour nord entourée d'ateliers et de réserves, et à la cour nord-ouest. À l'ouest de ces salles officielles du palais, au centre, se trouvait la salle de réception avec le polythyra typique de l'époque minoenne et derrière le bassin lustral (Appartement de la Reine).

De l'entrée nord part sur une route pavée minoenne menant à la ville antique située à l'ouest du palais. On y trouve deux très grandes pithari dont une, à l'intérieur de l'entrée, montre des traces d’un feu catastrophique ayant eu lieu vers 1400 av. J.-C.

Le secteur connu sous le nom de Bungalow est situé du côté occidental de la cour centrale. Ce type de construction, qu’on ne retrouve pas dans d’autres palais minoens, a été probablement employé lors des cérémonies.

 

Le palais (1700 et 1450 av. J.-C.) couvrait une superficie de 7.500 m² et était le troisième plus grand palais minoen. Il est considéré comme le plus "provincial" du point de vue architectural. Selon la tradition, le troisième fils de Zeus et Europa, Sarpedon (Sarphdona), y a régné. Des fouilles dans la région ont mis à jour une variété d’ustensiles de ménage et d’outils qui sont exposés au musée archéologique d’Iraklio.

Le palais est entouré par une des villes minoennes les plus importantes de Crète. Au nord de la cour occidentale se trouvent l'agora et la curieuse « crypte hypostyle » interprétée comme sorte de chambre du conseil, liée au prytaneia des périodes historiques.

Le cimetière de la première période de palais est situé au N-E du palais, près de la côte nord.

Un bon plan est nécessaire pour visiter le site. La ville a couvert une superficie supérieure à 1 km² et était divisée en différents quartiers.

 

Hrissolakos

A Hrissolakos nous trouvons une nécropole du minoen moyen avec une table à offrandes très particulière.